Le Technicolor trichrome : histoire d'un procédé et enjeux de sa restauration.

par Céline Ruivo

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuel

Sous la direction de François Thomas.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Institut de recherches en études théâtrales (Paris) (equipe de recherche) depuis le 02-02-2010 .


  • Résumé

    La compagnie Technicolor est née en novembre 1915 et vient de fêter ses cent ans d’existence. Le procédé de reproduction naturelle de couleurs Technicolor fut d’abord un procédé bichrome, qui connut trois évolutions, avant de devenir un procédé trichrome, autrement désigné procédé n° 4. Le procédé trichrome était techniquement révolutionnaire puisqu’il nécessitait l’utilisation d’une caméra à trois négatifs séparant les trois couleurs primaires rouge, vert, bleu. La technique de tirage par imbibition a aussi permis de créer des copies aux qualités intrinsèques équivalentes à celles des lithographies et dont les couleurs ne se modifient pas avec le temps. L’équipement complexe nécessaire aux tournages en Technicolor a exigé de nouveaux protocoles de travail, ainsi que la formation des équipes des plateaux habituées au noir et blanc. Technicolor a également proposé les services du color consulting afin d’aider à mieux contrôler le rendu des couleurs à l’écran. Cette thèse se propose d’aborder les dimensions historique et technique du Technicolor trichrome et d’interroger les techniques utilisées jusqu’à aujourd’hui afin de restaurer les films tournés avec ce procédé. En raison de l’obsolescence des outils qui permettaient de produire un film en Technicolor, des questions se posent aujourd’hui sur les procédures de restauration des films tournés entre 1932 et 1955, à l’ère de la technologie dite trichrome. Il s’agit de la première étude approfondie, en français, portant sur le procédé Technicolor trichrome, ouvrant sur une réflexion plus élargie sur l’importance de la restauration des couleurs d’origine d’un film.

  • Titre traduit

    The Three-color Technicolor : history of a Process and Challenges of its Restoration


  • Résumé

    The Technicolor Company has celebrated its hundred years of existence, since it was born in November 1915. Technicolor was, at first, a two-color natural color process that has been modified three times before becoming a threecolor process, also known as the process number four. The three-color process was revolutionary since it implied the construction of a three-strip camera, which separated the primary colors red, blue and green with three negatives. The laboratory created also dye transfer printing, a technic that was able to create projection prints with visual qualities equivalent to lithography. Consequently, the dyes of the Technicolor prints haven’t fade throughout the years. In addition, the three-color equipment included a new workflow during the film shooting. The crew working on the film set, used to black and white shooting, had to be trained to work with this medium. Technicolor created as well the color consulting in order to help the crew to manage better the color composition. This dissertation is an in depth analysis of the historical and technical issues of the three-color Technicolor process and interrogates the technical devices that have been used to restore the films. In this way, different questions about the procedures of restoration of the films, shot between 1932 and 1955, are addressed throughout the study. Due to the obsolete status of the three color Technicolor process, the question of its reproduction can be problematic. This is the first thorough study, written in French, dedicated to the three-color Technicolor process with an opening to the importance of restoring the original colors of a film.