Charles Dickens et la BBC au XXIe siècle : réinventions, réécritutres, nouveaux publics

par Florence Bigo (Renault)

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Sara Thornton.

Thèses en préparation à Paris 7 , dans le cadre de Langue, Littérature, Image, civilisations et sciences humaines depuis le 20-10-2009 .


  • Résumé

    L'œuvre dickensienne telle qu'elle est mise à la portée du grand public par le biais de la télévision est le fruit de différentes lectures, mettant en valeur tour à tour ses aspects sociaux, comiques, mélodramatiques ou sentimentaux, selon les préoccupations propres à l'époque à laquelle le travail d'adaptation est réalisé. elle est également le résultat pluriel de politiques d'adaptations différentes, selon un public donné. les lectures de ces dix dernières années révèlent des standardisations multiples et des glissements reconnus vers le genre du soap opera, adaptations très populaires qui ont porté dickens vers un nouveau public plus jeune et moins érudit : un public qui ressemble étrangement à celui que l'auteur a toujours conquis (en particulier lors de ses lectures et théâtralisations publiques vers la fin de sa carrière : publics d'ouvriers du nord de l'angleterre, par exemple). ces standardisations montrent des réécritures, des relectures de l'œuvre qui ne sont pas innocentes, mais qui ne sont pas forcément identifiées par le public en question. elles mettent en avant « la permanence du facteur humain » (expression d'andrew davies, auteur de nombreux scripts de classiques portés à l'écran et reconnu comme un spécialiste de l'exercice), en rendant le contexte socio-historique secondaire et peu visible ; elles sont le résultat de modifications profondes dans les choix opérés par les chaînes de télévision, des politiques (thatchériennes, blairistes) de mise en concurrence de chaînes se voulant autrefois éducatives, et de conquête de nouveaux marchés. la conséquence est une nouvelle attractivité pour un public plus jeune, aux caractéristiques différentes, qui se reconnaît dans ces nouvelles adaptations, et y trouve un nouveau sens, peu visible dans les versions précédents (nettement plus élitistes, adressées à des amateurs de l'œuvre avant tout). ces nouveaux choix aboutissent parfois à des pertes de sens que l'on pourra regretter. c'est pourquoi pour chaque œuvre étudiée en particulier, je me demanderai ce qui reste du texte original, et poserai la question de savoir quel dickens est transmis. je voudrai centrer mes recherches sur trois œuvres adaptées ces dernières années, et qui sont considérées comme ayant profondément renouvelé le genre du period drama dickensien : bleak house (adaptation de 2005), oliver twist (adaptation de 2007), et enfin little dorrit (adaptation de 2008). ces trois adaptations de la bbc, en effet, correspondent au genre du soap opera dont le public anglais est friand, mais s'inspirent profondément des textes eux-mêmes. l'on a manifestement choisi de privilégier des aspects jusque là moins adaptés des romans, comme les aspects comiques et satiriques, et de délaisser certains aspects sociaux mis en avant dans les versions plus anciennes. je m'attacherai à analyser ces choix, et à observer la façon dont ils renouvèlent le genre de l'adaptation télévisée.


  • Pas de résumé disponible.