La notion d'impossible dans l'oeuvre de Georges Bataille

par Guillaume Richard

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Julia Kristeva.

Thèses en préparation à Paris 7 , dans le cadre de Histoire et semiologie du texte et de l'image depuis le 06-12-2006 .


  • Résumé

    L’impossible est, à n’en pas douter, l’un des thèmes majeurs de l’œuvre de Bataille. Il demeure cependant difficile à ce jour de saisir ce que cette notion recouvre exactement. Et, de ce fait, la raison de son importance échappe encore largement elle aussi. Cette étude essaie de lever ces difficultés. Elle procède pour ce faire en deux temps. Elle propose d’abord une approche de la notion elle-même, fondée sur une analyse de ses occurrences dans l’œuvre. Il ressort de ce premier moment que l’impossible bataillien est lié à la culture au sens anthropologique du mot, c’est-à-dire à l’ensemble des aménagements que l’homme conçoit dans l’intérêt de sa propre existence et qui l’amènent à vivre sa vie pour l’essentiel au-dessus de la simple nature. Fait l’effet d’être ‘impossible’ chez Bataille tout ce qui, en dépit de ce rôle majeur joué par le fait culturel dans l’existence humaine, continue néanmoins de pouvoir être vécu (et se trouve de fait vécu régulièrement) en dehors ou indépendamment de lui. La deuxième partie de l’étude tente, à la lumière de cette approche, de faire mieux saisir l’importance accordée par Bataille à ce thème de l’impossible. Elle analyse à cette fin trois aspects essentiels de l’œuvre, qui sont tous directement liés à ce thème : d'abord l’évocation de l’expérience spécifique qui donne lieu au sentiment de l’impossible (objet essentiellement des récits de Bataille) ; puis les tentatives pour préciser la nouvelle vision du monde qu’appelle cette expérience (davantage objet des essais) ; le style de Bataille enfin, qui fonctionne dans une large mesure comme un relai régulier du sentiment de l’impossible au plan de la langue même dans laquelle ses textes sont écrits.

  • Titre traduit

    The impossible in the works of Georges Bataille


  • Résumé

    What Bataille calls 'the impossible' is undeniably one of the most crucial themes in his oeuvre. However, it remains difficult to delineate with precision what the notion conveys, and, as a consequence, the reason for its importance remains largely unexplained. This thesis proposes to clarify both the remit of the term and its function. In order to achieve this, I shall proceed in two steps. I first focus on the notion itself, based on its occurrences in each work. What emerges from this first approach is that the impossible of which Bataille speaks is connected with culture in the anthropological sense of the word, defined as the different structures that mankind devises for its self-interest and which allow men and women to live their lives essentially above the simple state of nature. The impossible seems to be for Bataille everything that remains to be lived (and is lived regularly) outside and regardless of this cultural dimension, despite the important role it plays in human life. Following on this approach, I attempt in the second part of the thesis to elucidate the importance that Bataille gives to the impossible. In this part, I analyse three essential aspects of his works, all directly connected to this theme : first, the evocation of the particular experiences which give rise to the feeling of the impossible (mostly to be found in Bataille’s narratives) ; then Bataille's attempts to specify the new world vision which these experiences call for (in the essays) ; finally, the power of Bataille's style to communicate to the reader the feeling of the impossible through the very language in which the texts are written.