La question de la réparation chez les femmes excisées.

par Julie Quiquempois

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Patrick Guyomard et de Françoise Neau.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 22-04-2010 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet de questionner la notion de réparation telle qu'elle est envisagée à la fois par les patientes et par l'équipe pluridisciplinaire du c.r.m.s.f. (centre régional d'accueil et de prise en charge des mutilations sexuelles féminines), unité chirurgicale et lieu d'écoute dédié aux femmes excisées dans la métropole lilloise. il s'agira d'observer et de comprendre la nuance primordiale existant entre la réparation chirurgicale des plaies des patientes et leur réparation psychosexuelle, autrement incertaine. la dimension traumatique de l'excision rend nécessaire une évaluation psychique précise, réalisé par le clinicien qui accompagne la patiente dans sa demande de réparation. en aucun cas le recours à la chirurgie réparatrice du clitoris ne doit s'avérer systématique, pas plus qu'il ne doit être envisagé comme un « remède » à la problématique des mutilations sexuelles féminines. au cœur de ce travail de recherche se situe un questionnement clinique simple, mais essentiel : qui demande à se faire réparer ? pourquoi ? sur quel plan se situe cette demande (psychologique, social, anatomique) ? dans quelles conditions émerge-t-elle ? faut-il toujours répondre positivement à la demande de chirurgie ? quelles sont les attentes des patientes par-rapport à ce geste chirurgical ? en outre, il nous faut également interroger la signification d'une demande de réparation du corps psychique, c'est-à-dire du corps érotisé, investi libidinalement par la patiente, adressée à un médecin qui, pour sa part, est formé à prendre soin du corps somatique. comment se modifient la représentation de ce corps quand ces deux dimensions se confrontent ? quels bénéfices ou quels risques psychiques comporte cet acte chirurgical dans une société qui, dans et hors du champ médical, se positionne comme réparatrice ? qu'elle se solde par une réussite ou par un échec, la reconstruction chirurgicale ouvre la possibilité de voir affleurer des représentations psychiques inconscientes souvent refoulées depuis longtemps. avec, au bout de ce chemin – peut-être – la possibilité pour certaines femmes de se réapproprier leur corps et leur sexualité.


  • Pas de résumé disponible.