Ecarts semantico-referentiels dans la représentation de l’Autre, les récits de voyage en Perse au 19ème siècle

par Afsaneh Pourmazaheri

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Sonia Branca-Rosoff.


  • Résumé

    Ce travail de recherche s’interroge sur la perception et la représentation discursive de référents exotiques perses filtrées par un regard occidental dans vingt récits de voyageurs français du XIXe siècle. Les énonciateurs-voyageurs, placés dans un contexte linguistique et culturel étranger, tentent de saisir et de transcrire leurs observations sur le terrain en fonction de leur intellect, leur cognition, leur expérience, leur sensation et sentiment. Cette représentation n’est pas plate, objective ou neutre. Une série d’éléments discursifs, langagiers, culturels, subjectifs et marqués par l’altérité viennent modifier la représentation que l’auteur-voyageur donne du référent et de l’univers référentiel auquel il est confronté. C’est à cette « façon occidentale » de voir les « choses orientales » et à l’intervention de l’idéologie (subjective ou intersubjective) que nous nous intéressons dans cette étude. Il ne s’agit pas pour autant d’établir une dichotomie entre une bonne ou une mauvaise vision du monde dans un espace décalé mais uniquement de relever sur le plan langagier et discursif, les éléments qui traduisent cet « écart sémantico-référentiel » dans la représentation du référent dans ce type de texte. Pour mener cette recherche nous avons dû articuler trois niveaux d’analyse : lexical, textuel et discursif. Un cadre historique, contextuel et théorique est d’abord élaboré pour laisser ensuite la place à la question de la représentation et des contraintes (textuelles, subjectives, idéologiques) de cette transmission de données majoritairement descriptives. Nous analysons les effets discursifs produits par l’usage des ressources linguistiques ainsi que par les positionnements énonciatifs des auteurs-voyageurs. Ces outils d’analyse langagiers et discursifs permettent de mettre en relief ce regard marqué par l’altérité dans vingt récits de voyageurs français. Les résultats de cette analyse critique discursive constituent autant de données concrètes à insérer dans le champ des études postcoloniales et de la critique de l’orientalisme.

  • Titre traduit

    The semantic-referential gaps in the representation of the Other, The french travel stories in Persia in the 19th century


  • Résumé

    This work investigates the perception and the discursive representation of Persian exotic referents filtered by a western look in nineteen travel stroeis of French travelers of the nineteenth century. Traveler-enunciators, placed in a foreign linguistic and cultural context, attempt to transcribe what they see according to their intellect, cognition, experience and feelings. This representation is not flat, objective or neutral. A series of discursive, linguistic, cultural, subjective elements marked by alterity filter the perception or modify the representation that the author-traveler gives of the referent and the referential universe to which he is confronted. It is in this "western way" of seeing "oriental things" and the question of subjectivity in the representation of the other that we are interested in this study. It is not necessary to establish a dichotomy between a good or a bad vision of the world in a space shifted but only to raise linguistically and discursively the elements that translate this "semantic-referential gap" in the representation of the referent in this type of text. To carry out this research we had to articulate three levels of analysis: lexicon, textuality and discourse. Information on the context is first proposed to leave room for the question of the representation and the restrictions (textual, subjective, ideological) of this transmission of data mainly descriptive. We analyze the discursive effects produced by the use of these linguistic resources and by the enunciative positions. These linguistic and discursive analysis tools make it possible to highlight this look marked by otherness in nineteen travel stories. The results of this critical discursive analysis constitute so much concrete data to be inserted in the field of the postcolonial of Orientalism.