L’humour dans la poésie féminine britannique contemporaine (1945-2000) : stratégies et figures

par Emilie Piat

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Marc Poree.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (equipe de recherche) depuis le 26-11-2007 .


  • Résumé

    Le seul consensus autour de la poésie féminine contemporaine est celui d’une grande diversité. Sur le plan thématique et formel, autant que du point de vue de l’origine des poètes, il semble difficile de réunir sous un paradigme unique les œuvres écrites par des femmes. C’est également l’un des aspects que soulignent l’ensemble des ouvrages consacrés à l’humour : le terme renvoie à des phénomènes si différents qu’il est presque impossible de le réduire à une définition qui recouvre l’ensemble de ses manifestations. C’est pourtant précisément en raison de cette difficulté définitionnelle que l’humour constitue un prisme de choix pour parcourir la poésie féminine contemporaine. Par nature protéiforme, l’humour est « transgenre » ; il subvertit l’ordre social et les instances de pouvoir réel ou symbolique, mais remet aussi en question les identités génériques et sexuelles. Rien d’étonnant à ce que les femmes poètes y voient une arme pour s’attaquer aux idées reçues, aux stéréotypes et aux métaphores figées, notamment celles qui prétendent définir l’identité féminine. Mettant en adéquation ce qui se passe sur le plan de l’énonciation, de la réception, de la rhétorique et de la prosodie, l’humour est donc envisagé comme une modalité d’écriture, c’est-à-dire un ensemble de formes traduisant un positionnement particulier. Cette posture, qu’elle prenne le nom d’irrévérence, d’incongruité ou de décalage, témoigne à la fois des liens complexes que les femmes entretiennent avec la tradition poétique et des stratégies qu’elles ont développées pour y parvenir, dans lesquelles se dessine une même volonté, en explorant les lieux communs et les espaces de consensus, de redessiner les contours de la poésie contemporaine.

  • Titre traduit

    Humour in contemporary British women poetry (1945-2000) : strategies and devices


  • Résumé

    The only consensus around the question of contemporary women poetry is that of its diversity: the themes and forms of the poems written by women are almost as varied as the origins of the poets themselves. Diversity is also one of the aspects underlined by most of the publications on the subject of humour. The term applies to so many phenomena that it is virtually impossible to reduce it to a final definition. Yet it is precisely because humour is so difficult to define that it constitutes a particularly appropriate prism to approach contemporary women poetry. Humour is by essence “transgender”. It subverts social order as well as instances of real or symbolical power, and challenges sexual and generic identities. Unsurprisingly, women poets have seen it as a choice weapon to attack received opinions and stereotypes, especially when those aim at defining femininity. Humour should therefore be considered as a form of writing, or rather a set of forms, expressing a specific positioning and operating on the level of enunciation, reception, rhetoric and prosody. This posture, which can be interpreted as irreverence, incongruity or difference, testifies of the complex ties women have established with the poetic tradition. But to do so, women have also developed strategies which enable them to explore common knowledge and accepted truths, and thus redefine the contours of contemporary poetry.