Dynamique et dialectique des affinités électives dans le romanesque gracquien

par Guillaume Pajon

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Isabelle Casta.

Thèses en préparation à Amiens depuis le 21-02-2007 .


  • Résumé

    Dans les fictions de julien gracq, le héros semble toujours évoluer dans les hauteurs d'une surhumanité qui le pare d'une aura spécifique. il incarne le destin d'une société micro ou macrostructurelle ; il porte quelque chose, alors même que sa position est, bien souvent, celle d'une sentinelle observant le monde sans vraiment y appartenir. par là, il est élu et présentes les marques de cette élection. il est être d'exception (la plupart du temps pour son plus grand malheur), or il est celui par qui la catastrophe arrive car, et c'est là le caractère fondamentalement tragique des fictions gracquiennes, ces récits s'ouvrent sur une apocalypse prévisible qui valide le destin dialectique du héros. à la fois élu et maudit, il a le beau visage du malheur chevillé à l'âme. comment ces anges noirs, sombres survivances du romantisme allemand, fondent-ils la geste gracquienne ? il s'agira de cerner les modalités et les enjeux de la tension entre élection et malédiction : sur un plan rhétorique, puisque la malédiction tient à une lecture pervertie des signes, esthétique, car le récit gracquien est apparenté au romantisme, nous l'avons dit, et enfin éthique voire religieux puisque c'est la transgression et le mal qui sont mis en jeu. chez julien gracq, les maudits portent l'épaisseur de sens qui constitue les puissances du romanesque : c'est en cela aussi qu'ils sont les élus.


  • Pas de résumé disponible.