L'harmonium d'Art : facture et répertoire pour un instrument de concert et de salon.

par Emmanuel Pelaprat

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Florence Gétreau et de Florence Gétreau.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences Humaines et Sociales depuis le 26-01-2007 .


  • Résumé

    L’harmonium (Debain, 1842) est conçu lors de son invention comme un instrument de salon. Rapidement, en raison de sa ressemblance avec l’orgue (instrument à vent polyphonique) il prend place dans l’église à laquelle il reste associé encore aujourd’hui. Pourtant, certains facteurs ont sans cesse perfectionné l’instrument ; le plus remarquable d’entre eux, Victor Mustel, présente en 1854 un harmonium résolument destiné à la littérature de concert en supprimant les deux principaux problèmes de l’instrument : la lenteur d’émission du son, en reprenant la percussion de Sourdun (marteaux frappant les anches), et le déséquilibre entre basses et dessus, en inventant la double expression (régulateur de pression), prélude à toute une série d’inventions donnant naissance à la notion d’harmonium d’art. Bien que la production d'harmonium Mustel ait été réduite (à peine 1700 instruments), elle fut toujours unanimement estimée par les musiciens qui eurent à l'utiliser et, aujourd’hui, la quasi-totalité de la discographie de l’harmonium s’enregistre sur des Mustel. Notre travail s’articulera autour de deux axes principaux : - l’analyse des perfectionnements apportés par les facteurs, et en particulier ceux mis au point par Victor Mustel, ses fils et petit-fils (actifs à Paris de 1853 à 1936). Nous étudierons l’influence qu’ils ont eue sur la facture européenne (France, Belgique et Allemagne principalement) ; - la littérature profane pour harmonium (solo, musique de chambre, vocale et symphonique), passant du salon au concert grâce à l’harmonium d’art. Au-delà des trois compositeurs les plus représentatifs (Lefébure-Wély, Guilmant et Karg-Elert) nous examinerons les spécificités de ce répertoire et les méthodes qui s’y réfèrent, mais aussi le développement qu’il connut dans le reste de l’Europe jusque dans les années 20 (Ecole de Vienne, etc.).

  • Titre traduit

    Das Kunstharmonium


  • Pas de résumé disponible.