L'expérience corporelle comme fil conducteur de la relation entre la phénoménologie et la littérature.

par Noemie Parant

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Natalie Depraz.

Thèses en préparation à Rouen , dans le cadre de Histoire,mémoire,patrimoine,langage depuis le 18-01-2007 .


  • Résumé

    Ma thèse se consacre à l'analyse des relations à l'oeuvre entre la phénoménologie française et la littérature : il s'agit de s'en tenir à l'ordre du fait en refusant de construire par après coup une relation entre la phénoménologie et la littérature. en ce sens, deux types de recherche sont exclus : la possibilité d'étudier un (des) littérateur(s) qui n'est (ne sont) pas phénoménologue(s) et celle d'appréhender un (des) phénoménologue(s) non littérateur(s) sont écartées. bien mieux, toute l'ambition est de porter son attention à la rencontre effective des deux disciplines en question et donc de prendre pour objet de réflexion des auteurs et des textes qui relèvent tout à la fois de la phénoménologie et de la littérature. c'est ainsi que, d'une part, emmanuel lévinas et maurice merleau-ponty sont invoqués en tant que la littérature jaillit au coeur de leurs textes phénoménologiques. d'autres part, michel henry et jean-paul sartre sont sollicités car la phénoménologie et la littérature se rencontrent également par leurs moyens. il faut souligner que la recherche s'effectue sur deux niveaux : d'abord, un niveau méthodologique dont l'objet consiste à déterminer ce que l'on entend par ''phénoménologie'' et ''littérature'' et quels sont les rapports qui existent entre ces deux disciplines. ensuite, un niveau ontologique qui porte sur le phénomène du corps en tant qu'il apparaît comme le lieu où la phénoménologie et la littérature viennent à collaborer.


  • Pas de résumé disponible.