L'impact des représentations des apprenants algériens sur leur cursus universitaires dans l'apprentissage du f.l.e. : le cas des étudiants des filières scientifiques de l'université de blida.

par Dehbia Beddek (Ouarab)

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Daniel Lebaud.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Ce thème de recherche est né d'une suite de réflexions nombreuses et d'une série d'hypothèses émanant de l'idée que chez l'apprenant algérien les représentations pouvaient être incontournables dès lors qu'il communique en français langue étrangère. c'est bien le cas de nos universitaires de 1ère année des filières scientifiques auprès desquels nous avons fait ce constat à l'aide d'un échantillonnage pour expérimenter et vérifier nos hypothèses de départ. leur background culturel et ethnolinguistique constitue-t-il un handicap de taille dans leur processus d'apprentissage ? comment ces apprenants et leurs enseignants perçoivent-ils le français en tant que langue des sciences ? comment les freins cognitifs s'opèrent – ils dans leur avancée vers les compétences des natifs ? c'est qu'après tant d'années d'études du français dans les cycles primaire, moyen et secondaire, ils se trouvent, pour une grande majorité, dans des situations de balbutiements souvent erronés en français. nous tenterons, dans notre travail, de comprendre le problème, à travers des raisons historiques, des conditions statutaires liées à cette langue et de revoir les liens pluriséculaires qui unissent les peuples des deux rives ; il s'agira enfin de voir dans l'interculturalité des effets de retour sur l'apprenant et voir si elle représente un handicap ou d'une certaine manière, elle contribue à sa progression pour qu'il tire de cette langue les meilleurs profits.


  • Pas de résumé disponible.