L'image de l'eau dans l'œuvre de j.-m.g. le clézio

par Bo bae Oh

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Eric Marty.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 26-11-2009 .


  • Résumé

    Le but de notre recherche est de comprendre comment l'image de l'eau apparaît dans l'œuvre de j.-m.g. le clézio. né à nice, notre auteur, marqué sans doute par de premières impressions méditerranéennes, est hanté par les éléments de la nature de son enfance qui, tout au long de son œuvre, deviennent des éléments de son univers poétique. nous pouvons facilement trouver les traces de la mémoire de son enfance dans son œuvre. parmi ces traces, l'élément aquatique occupe une place prépondérante dans les œuvres de le clézio. notre étude sera consacrée à trois romans de le clézio, le chercheur d'or, étoile errante et hasard. ce sont des textes dont une des caractéristiques principales est l'emploi varié des éléments aquatiques. dans le chercheur d'or, nous pouvons trouver plusieurs modèles d'eau bachelardienne comme « l'eau maternelle », « l'eau féminine », et « l'eau violente ». la « contemplation fidèle » d'alexis devant la mer qui « produit des rêves » est exactement telle que l'auteur de l'eau et les rêves l'a définie. nous essayerons également de lire cette œuvre au niveau de l'autobiographie, sachant que l'origine de ce récit de voyage se trouve dans le carnet du grand père de le clézio. d'autre part, c'est une œuvre qui se réfère beaucoup aux mythes de l'eau, qui est un des intérêts de notre recherche. ensuite, dans l'étoile errante, la description leclézienne de l'eau est caractérisée par la musicalité. on peut y voir également beaucoup de scènes où l'expression des sentiments des personnages est remplacée par la description de l'eau naturelle ainsi que de l'eau interne du corps humain. le rôle des ruisseaux ou de l'eau de la fontaine dans cette histoire peut être analysé avec la réflexion sur l'eau douce de bachelard. nous y trouverons aussi la mémoire de l'enfance de l'auteur, attaché à l'eau de nice. dans le dernier corpus de notre étude, le hasard, l'eau est présente comme lieu de rencontre. elle n'est pas seulement celui des personnages principaux, mais aussi celui du monde extérieur et du soi intérieur, voire celui du réel et de l'imaginaire. depuis ce rôle d'intermédiaire imposé à l'eau, nous pourrons évoluer notre pensée sur ce motif en tant qu'« éveilleur » de l'imaginaire poétique. cette eau incarne également la force qui permet une communion entre l'homme et l'univers. dans une première partie, nous allons analyser les rôles majeurs de l'eau chez le clézio, et rechercher la spécificité de sa description de l'eau. nous nous aborderons les textes lecléziens en ayant recours à la « structure des actants » de greimas pour comprendre et analyser les principaux rôles de l'eau dans ces récits. dans la même partie une recherche esthétique sera faite pour savoir comment sont décrits la forme et le mouvement de l'eau. il ne sera pas simplement question de types de descriptions de l'eau que nous allons rechercher, mais aussi la description des autres objets (par exemple le noir, ou les rayons du soleil) métamorphosés par l'eau. nous nous baserons principalement sur les théories de gérard genette pour cette recherche esthétique littéraire. nous allons également nous interroger sur la présence fréquente de l'image de l'eau dans l'œuvre de le clézio en pensant à sa vie personnelle. car il est évident que la vie de l'auteur et ses mémoires influencent plus ou moins à ses œuvres. dans une deuxième partie, nous nous questionnerons la source de son imaginaire aquatique. cette partie sera divisée en deux parts, tout d'abord l'approche mythologique, puis l'étude philosophique de l'imaginaire. pour l'approche mythologique, nous allons rechercher les mythes occidentaux liés à l'eau en nous référant aux livres de trois grands mythologistes occidentales, pierre brunel, mircea eliade, et gilbert durand. puisque la création littéraire ne peut pas se faire à part du contexte socioculturel de l'auteur. ensuite, la réflexion philosophique de l'imaginaire tentera d'analyser l'image de l'eau de le clézio, au-delà du contexte socioculturel. sous la supposition qu'un « espace universel mental ou sentimental » qui se trouve dans tous les être humains, existe, nous croyons que cet espace ne sera jamais expliqué de manière rationnelle, ni compris par le contexte culturel. cet espace commun peut être lié à la notion d'inconscient collectif de carl gustav jung ou surtout à la théorie philosophique de l'imaginaire de bachelard qui développe sa poétique du rêve en adaptant un des archétypes jungiens, l'anima. nous nous approcherons donc aux images de l'eau dans l'œuvre leclézienne, en nous appuyant d'abord sur leur théorie. mais nous allons également faire la recherche sur l'imaginaire bouddhiste pour trouver la source de la sympathie profonde entre le clézio et ses lecteurs de culture différente de celle de l'auteur. nous pensons que la théorie des consciences (skt. vijñāna) des idéalistes bouddhistes et notamment la huitième conscience, qui est la conscience réceptacle (skt. ālayavijñāna), la conscience du substrat universel, nous aideront à comprendre l'espace mental ci-dessus et son universalité. nous nous référerons aussi aux autres notions bouddhistes qui vont nous permettre de mieux comprendre la relation entre l'image de l'eau et sa fonction symbolique, par exemple, la notion d'acte (skt. karman), la théorie de la causalité, les sens variés de l'eau(水) en tant qu'élément cosmologique, et les atomes. ainsi, notre étude pourra montrer que la littérature leclézienne joue le rôle d'un pont qui relie les imaginaires de deux cultures différentes. par conséquent, nous pourrons donner une explication de la réception active de ses œuvres par les lecteurs asiatiques.


  • Pas de résumé disponible.