Recherches sur Madrid et le commerce du luxe au XVIIe siècle : histoire juridique, économique et sociale d’un marché en plein essor.

par Sandra Martinez

Projet de thèse en Études romanes

Sous la direction de Guillaume-alonso Araceli.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) depuis le 01-09-2011 .


  • Résumé

    Au XVIIe siècle, au moment de l’installation définitive de la cour à Madrid, et de l’instauration d’un régime de gouvernement centré sur le protocole de cour, la figure du roi, doublée de celle du valido, et la toute-puissance de l’apparence pour marquer son rang, comment fonctionnent le commerce et le phénomène du luxe ? En quoi les produits de luxe éclairent-ils sur le déchirement constant de l’Espagne des derniers Habsbourg, entre la volonté de représentation d’un royaume à la puissance encore redoutable, et l’affaiblissement économique et financier qui affole les « arbitristes » ?La bibliographie sur le luxe à Madrid est très partielle. Elle se compose de travaux en histoire de l’art et de quelques écrits sur les dépenses du Palais royal. Ce sujet de recherche n’ayant fait l’objet d’aucune analyse précise, le travail sera fondé sur l’étude de sources manuscrites inédites, dans différents centres d’archives madrilènes (archives du Palais et archives notariales principalement) et à Simancas.L’histoire juridique des dépenses somptuaires déterminera les objets, les pratiques et les critères qui définissent le luxe. Il faudra établir la réalité du luxe entre les écrits et les faits. Le débat théorique sur le luxe et les marchands au XVIIe siècle sera abordé à travers traités de commerce et manuels d’arithmétique. L’histoire économique du commerce du luxe se construira par l’observation des activités des grands marchands, en lien avec la cour et les familles importantes de Madrid. L’histoire sociale de l’ostentation permettra de comprendre le statut des négociants, et l’importance du luxe pour différents groupes comme les autorités religieuses, la municipalité, ou encore le « peuple ». L’étiquette du Palais et le cérémonial courtisan, en lien avec l’iconographie, illustreront le rôle du faste dans la volonté de démonstration de pouvoir de l’Espagne en déclin.


  • Pas de résumé disponible.