L'émergence des "intellectuels intermédiaires" en Iran dans le prolongement de la révolution islamique de 1979

par Monika Mousavi

Projet de thèse en Science politique


Sous la direction de Farhad Khosrokhavar et de Ahmad Naghibzadeh.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 15-10-2010 .


  • Résumé

    Cette recherche se donne pour objet d’étudier une théorie récente, très discutée à l’heure actuelle, à savoir l’émergence des ‘‘ intellectuels intermédiaires ‘’ dont la finalité était un encouragement à la démocratie en Iran à partir des années 1990 jusqu’à nos jours. Ce courant d’idées, même s’il n’a jamais été perçu comme parfaitement structuré, comporte des spécificités concrètes qui la distingue des générations d’intellectuels précédentes, de sorte qu‘on pourrait dire que cette nouvelle génération de par ses idées, réflexions et par son engagement social, pose les bases d’une refondation de la notion et de l’identité de l’intellectuel en Iran. Il en émerge alors une nouvelle substance de l’intellectualité qui engendre, au fur et à mesure de son évolution, un passage des intellectuels classiques et ambitieux (« d’avant-garde ») aux intellectuels intermédiaires.La première partie de cette étude s’articulera autour de l’analyse et de la présentation du discours des quatre générations d’intellectuels, du contexte de leur apparition en Iran, et tout particulièrement de celle des intellectuels intermédiaires. Ensuite, nous aborderons les différents aspects et les nombreux facteurs qui ont permis la naissance de ce mouvement avec une attention tout d’abord pour les facteurs externes ; l’influence de l’environnement international et des différents écoles de la pensée, l’apparition de nouveaux discours sur la modernité puis sur la postmodernité, , l’accélération de la diffusion de leurs idées à travers l’usage d’internet et des réseaux sociaux (qui tissent et renforcent les liens entre les différentes forces sociales). Puis dans un second temps nous nous intéresserons aux facteurs internes; l’épreuve de bouleversements politiques choquants, entrainant un regard plus critique que les discours précédant et la mise en avant de valeurs démocratiques depuis les mouvements réformistes apparus pendant les années 1996 et 1997. Ces changements sociopolitiques sont pour beaucoup dans l’affaiblissement du courant des « intellectuels religieux ». La deuxième partie de cette étude portera sur les trois axes, autour desquels les intellectuels, au cours de l’histoire des idées en Iran, ont conçu les interactions sociales : Occident, état, et religion. Ils s’efforceront tout le long de l’histoire iranienne de répondre à des questions ayant trait à ces trois thèmes. Les réponses des intellectuels intermédiaires ont rencontrés beaucoup de succès en proposant des réponses à de réelles inquiétudes sociales. En effet, ils ont réussi à schématiser des plans d’action pour atteindre leurs objectifs et à mettre en relief une dimension plus pragmatique de la société iranienne contemporaine. On n’a pas souvent pu en dire autant pour les générations précédentes d’intellectuels.Le but principal de cette recherche est d’étudier comment ces intellectuels intermédiaires fondent leurs convictions et leurs actions, avec en toile de fond une marche déterminée vers la démocratie. La démarche de ces intellectuels est marquée par cet engagement pour la démocratie, et la coexistence des différents courants d’idées dans la société iranienne. Pour ces intellectuels toutes réflexions ou action doit prendre en compte le caractère indissociable des notions de démocratie, d’occident et de religion au sein d’une sphère politique ou l’état possède tous les attributs de la souveraineté. D’ailleurs leur orientations se conforment à la plupart des principes démocratiques; la tolérance, la liberté de pensée, la liberté d’expression et le pluralisme, le sécularisme, la souveraineté du peuple, le droit de citoyenneté, le dialogue entre tous les force sociales, une société libre et sans censure. Ce contexte sera abordé au cours de la dernière partie de la recherche.

  • Titre traduit

    The coming out in Iran of the '' intermediary intellectuals '' in continuation of the Islamic revolution of 1979


  • Résumé

    The aim of this research is to study a recent theory, much discussed at present, namely the emergence of "intermediary intellectuals" whose purpose was to encourage democracy in Iran from the 1990s to the present. 'nowadays. This stream of ideas, even though it has never been perceived as perfectly structured, has concrete specificities that distinguish it from previous generations of intellectuals, so that one could say that this new generation by its ideas, reflections and by its social commitment, lays the groundwork for a refoundation of the notion and identity of ‘the intellectual’ in Iran. Eventually, a new form of intellectuality emerges that gradually witnesses the creation of an evolution in itself which is a transition from classical and ambitious ("avant-garde") intellectualism to the intermediary intellectualism. The first part of this study will articulate the presentation as well as the analysis of the discourse of four generations of intellectuals, the context of their appearance in Iran, and especially that of the intermediary intellectuals. Then we will discuss the different aspects and the many factors that led to the birth of this movement with the main focus laid on external factors; these factors include the influence of international environment and different schools of thought, the appearance of new discourses on modernity followed by postmodernity, the acceleration of the diffusion of their ideas through the use of the Internet and social networks (which weave and reinforce the links between the different social forces). This part will be followed by a focus on internal factors such as shocking political upheavals, leading to a more critical perspective and the promotion of democratic values since the reformist movements that appeared during the years 1996 and 1997. One of the reasons for these socio-political changes is the weakening of the notion of "Religious intellectualism" which is happening along the mentioned changes. The second part of this study will focus on the three axes around which intellectuals, during the history of ideas in Iran, have conceived social interactions: the West, the state, and religion. They will strive throughout Iranian history to answer questions related to these three themes. Intermediary intellectuals' responses have been very successful in providing answers to real social concerns. Indeed, they have succeeded in schematizing action plans to achieve their goals and highlighting a more pragmatic dimension of contemporary Iranian society. It has not often been said so for previous generations of intellectuals. The main purpose of this research is to study how these intermediary intellectuals base their convictions and actions, against the backdrop of a determined march towards democracy. The approach of these intellectuals is marked by this commitment to democracy and the coexistence of different currents of ideas in Iranian society. For these intellectuals all reflections or actions must be taken in light of the inevitable essence of the notion of democracy, the West and religion within a political sphere where the state has all the attributes of sovereignty. Moreover, their orientations conform to most democratic principles, such as tolerance, freedom of thought, freedom of expression and pluralism, secularism, the sovereignty of the people, the right of citizenship, dialogue among all social forces, and a free and uncensored society. This context will be addressed during the last part of the research.