Le conseil de la création artistique sous la présidence de nicolas sarkozy. les vicissitudes de la fonction de conseil dans le champ de la politique culturelle de l'état.

par Melanie Monforte

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Emmanuel Wallon.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 21-12-2010 .


  • Résumé

    Installé par le président de la république le 2 février 2009 et présidé par lui-même, le conseil de la création artistique (cca) a dès l'origine suscité, dans la presse généraliste et spécialisée, les syndicats professionnels et l'opposition parlementaire, des critiques que ses premières propositions n'ont pas apaisées. chargé par le décret fondateur du 30 janvier 2009 'd'éclairer les choix des pouvoirs publics en vue d'assurer le développement et l'excellence de la création artistique française', son existence et son fonctionnement ont posé question au sein même du ministère de la culture qui fêtait, cette année-là, son cinquantenaire. la dénomination et la tutelle de cet organe, ses missions et sa composition, son organisation et les moyens qui lui furent attribués, mais aussi les programmes et les opérations qu'il a lancés n'impliquent pas seulement une modification des procédures d'élaboration des décisions de l'état dans le champ de la politique culturelle, ils confirment aussi l'évolution des orientations de cette dernière, annoncée par la lettre de mission que m. nicolas sarkozy avait adressée à mme christine albanel en 2007. au delà de la polémique, le bilan de ses premières années d'activité permettra d'actualiser une réflexion sur les aléas et les ambiguïtés de la fonction de conseil dans ce domaine de l'action publique, à la lumière des expériences qui l'ont précédé sous la ve république. depuis 1959 en effet, d'autres structures consultatives ont accompagné l'administration des affaires culturelles de leurs avis et suggestions, le cca marque néanmoins un tournant dans cette histoire, parce qu'il est la première instance placée sous la présidence du chef de l'état, mais aussi la première à engager des actions et à communiquer avec le public. il s'agira par conséquent d'étudier aussi attentivement la portée de sa mission sur le plan des représentations symboliques que l'impact de ses recommandations sur le terrain de la création artistique. en s'appuyant sur l'analyse de son budget, l'observation de ses séances, l'évaluation de ses projets (au regard des artistes, des institutions, des publics, des collectivités et domaines visés par ses interventions), des entretiens avec ses membres, ainsi qu'avec certains de leurs interlocuteurs au sein de la fonction publique, des autorités territoriales et des professions concernées, on s'attachera surtout à comprendre les logiques sociales et politiques à l'œuvre dans la sphère du conseil. cette recherche devrait enfin contribuer à déterminer à quel degré le président de la république aura exercé une influence personnelle dans la détermination des objectifs et des priorités de la politique culturelle au cours du quinquennat 2007-2012.


  • Pas de résumé disponible.