Etude des fonctions frontales dans la maladie d’Alzheimer : impact sur l’autonomie et les interactions communicationnelles

par Sonia Michalon

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Philippe Allain et de Jean-Pierre Serveaux.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Éducation, langages, interactions, cognition, clinique (Nantes) , en partenariat avec Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (UPRES EA 4638), Laboratoire, Laboratoire, Laboratoire (equipe de recherche) depuis le 02-12-2009 .


  • Résumé

    L’objectif de ce travail de thèse est d’enrichir la présentation clinique des troubles neurocognitifs d’origine frontale à travers l’évaluation des fonctions frontales et des interactions communicationnelles dans la maladie d’Alzheimer. Nous proposons une approche intégrée du fonctionnement exécutif, qui sort des études cloisonnées et singulières qui ne permettent pas une approche globale de l’ensemble des compétences supportées par les lobes frontaux. Le fonctionnement frontal est essentiel à la fois pour agir sur l’environnement mais également pour être adapté socialement. Les perturbations observées sur le plan comportemental peuvent donc être différentes selon la région cérébrale modifiée ou lésée (Stuss et al., 2002), amenant à la nécessité d’intégrer la notion de fractionnement du fonctionnement frontal dans les modélisations théoriques (Stuss & Alexander, 2007). Pour cela, nous nous sommes appuyées sur le modèle neuroanatomique du fonctionnement frontal proposé par Stuss (2011) pour mieux comprendre les modifications comportementales, socio-émotionnelles et cognitives des personnes avec maladie d’Alzheimer ; considérant que, jusqu’à présent, aucun travail n’a permis d’évaluer conjointement ces habiletés à partir d’un même échantillon de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer. Afin de mieux cerner la dimension pathologique, nous analyserons les performances obtenues dans la maladie d’Alzheimer, mais également en contexte de vieillissement normal. Puis, nous chercherons à mieux comprendre l’impact du fonctionnement frontal sur la perte d’autonomie et l’isolement social. Enfin, nous verrons les liens qu’entretiennent les fonctions frontales et la communication, ce qui nous amènera à mieux cerner les composantes nécessaires au succès des interactions sociales et communicationnelles, et ce, afin de proposer des pistes d’interventions adaptées.


  • Pas de résumé disponible.