Les sujets non-canoniques en polonais et en russe.

par Patrycja Matera

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Georges Rebuschi et de Léa Nash.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Laboratoire des langues et civilisations à tradition orale (Villejuif, Val-de-Marne) (equipe de recherche) depuis le 02-11-2009 .


  • Résumé

    Dans cette thèse, nous nous intéressons aux trois types d’expressions dont la structure s’écarte du modèle de la proposition transitive canonique, à savoir les constructions : anticausatives, à causalité interne, et impersonnelles en polonais et en russe. Leur point commun est que l’écart par rapport à une phrase transitive porte sur la référence du sujet de la proposition. Dans tous les cas, le référent du sujet est non-agentif. Dans certains cas, le marquage morphologique reflète cette absence, tant sur le prédicat qui est marqué à la troisième personne du singulier neutre que par l’absence d’un sujet nominatif. Ailleurs, la morphologie ne laisse rien, ou presque rien apparaître, le prédicat s’accordant avec l’argument Thème ou le Patient. Ces expressions feront l’objet d’une étude comparative, dans laquelle seront étudiées : la nature de chaque participant non-canonique qui apparaît dans la proposition, les caractéris¬tiques de chaque prédicat présent, et enfin, les propriétés combinatoires entre les participants et les prédicats. Il sera montré que la nature et la structure et enfin la manière dont sont légi¬timés les sujets non-canoniques ne sont pas seulement liées aux propriétés du réfé¬rent de sujet, mais aussi dépendent de la nature du prédicat. Tout comme cela a été proposé pour les constructions anticausatives et à causalité interne (cf. Alexiadou & Anagnostopou¬lou (2003), Alexiadou, Anagnostopoulou & Schäfer (2006), Schäfer (2008)), nous avancerons que les constructions impersonnelles comportent un prédicat Cause qui est responsable de la légitimation thématique des caus(at)eurs nominatifs et obliques. Les différences entre ces structures sont dues à la présence ou à l’absence de la tête Voice. Vues sous cet angle, les constructions impersonnelles sont une sorte de causativisation. Le caus(at)eur indéfini (cf. Kibort (2004)) présent dans les constructions impersonnelles d’une part, et la possible présence des causeurs obliques d’autre part, sont des preuves qui étaient cette hypothèse.

  • Titre traduit

    Non-canonical subjects in Polish and Russian.


  • Résumé

    In this dissertation we study three kinds of expressions that deviate from the model of canonical transitive sentences, namely anticausative, internal causation and impersonal constructions in Polish and in Russian. The common point is that the deviation from a transitive sentence has to do with the subject’s reference. In all cases, the referent of the subject is non-agentive. In some cases, the morphological marking reflects this absence, both on the predicates which is frozen in the third person singular (neuter), and by the absence of a nominative subject. In the other two cases, the non-canonicity is not morpologically revealed because the inflected verb agrees with the nominative argument whose referent is the Theme or the Patient. A comparative study of these expressions will be given, in so far as the nature of the non-canonical participants that appear in the sentence, the characteristics of each predicate, and finally, the combinatorial properties between participants and predicates are concerned. It will be shown that the nature, the structure and ultimately the way that non-canonical subjects are licensed are not only related to the properties of the subject’s reference, but also depend on the nature of the predicate. Just as it was proposed for anticausatives and internal causal constructions (Alexiadou & Anagnostopoulou (2003), Alexiadou, Anagnostopoulou & Schäfer (2006), Schäfer (2008)), it will be shown that impersonal constructions include a Cause predicate that is responsible for the thematical licensing of nominative and oblique causers. The differences between these structures are due to the presence or absence of a Voice head. From this perspective, impersonal constructions encode a kind of causativisation. The indefinite causer (analysed in Kibort (2004)), which is present in impersonal constructions on the one hand, and the possible presence of other oblique causer, are thus deemed to be evidence that supports this hypothesis.