La construction du langage de pierre boulez (1942-1948).

par Francois Meïmoun

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Michael Werner et de Alain Poirier.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 05-04-2010 .


  • Résumé

    A l'heure où de nombreuses études ont déjà été effectuées sur pierre boulez, tant d'un point de vue biographique qu'analytique, peu de recherches ont été effectuées sur ses jeunes années de compositeur. en effet, les premières œuvres que pierre boulez inscrivit à son catalogue furent composées à la sortie du conservatoire. sa formation académique fut très brève et, dès ces premières compositions, pierre boulez voulu créer un langage nouveau, inouï même, souhaitant que sa pensée musicale ne laissa transparaître aucune influence décelable du passé. mais comment s'organisa dans cet espace de temps si court l'évolution de sa pensée artistique et créatrice? avec quelles références musicales, littéraires, picturales celle-ci s'opéra-t-elle? mais surtout, avec quels moyens compositionnels? quels furent, en un mot, les jalons successifs de cette table rase revendiquée? comment apparaissent dans ses partitions les traces de ses évolutions successives? comment s'observe, dans la pensée et l'écriture musicales de p. boulez, ce conflit progressif qui s'opéra entre la modernité officielle (a. honegger, le groupe jeune france, ...) et l'avant-garde naissante regroupée initialement autour de la personnalité, plus en marge, de rené leibowitz? cette vaste étude, pour laquelle j'ai déjà entrepris de nombreuses analyses dans les directions sus présentées, a l'ambition, outre d'analyser la vie musicale et intellectuelle d'un pan peu connue de l'existence d'un compositeur majeur de notre temps, de vouloir remonter à la source d'un langage musical et esthétique qui s'édifia en un espace de temps très court et dans un moment historique, intellectuel et musical en complet bouleversement.


  • Pas de résumé disponible.