La réception politique de balzac (1832-1842)

par Mamadou Mbengue

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jose-luis Diaz.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 20-12-2009 .


  • Résumé

    Balzac a fait du thème politique une idée directrice de son œuvre. il s'agit là d'un parti-pris manifeste qui s'est révélé de façon encore plus nette dans l'avant-propos de 1842, lorsqu'il déclare écrire « à la lueur de deux vérités eternelles : la religion et la monarchie ». loin d'être fortuite, cette profession de foi traduit au contraire l'aboutissement d'un processus « intelligentiel » qui puise ses racines dans sa conversion au légitimisme en 1832 avec son corollaire : une collaboration soutenue aux organes de presse royalistes tels le rénovateur, la mode ou l'echo de la jeune france (dans lequel fut publié par exemple la première duchesse de langeais en avril 1833). c'est le point de départ d'une double postulation où la publication de ses romans dans les « journaux reproducteurs » (stéphane vachon) se joint à une abondante production d'articles politiques – si ce n'est de journalisme proprement dit – dont il nous a semblé intéressant, dans la présente recherche, d'analyser les conditions d'accueil, les procédés d'intégration à un certain idéal moral et politique : en un mot, la réception. pour cela, nous allons essayer d'étendre notre champ d'exploration à toute une décennie qui va de l'adhésion de balzac au parti royaliste à l'acte de naissance du système de la comédie humaine. un choix méthodologique qui suppose une chronologie assez longue et un corpus relativement important. mais il permet de déplacer la ligne de démarcation jusqu'ici fixée à juillet 1830 (pierre barbéris et roland chollet), qui privilégiait par-dessus tout le basculement de balzac du saint-simonisme au pouvoir absolu. s'intéresser à la décennie 1832-1842 reviendra donc à se pencher en priorité sur la diffusion des idées légitimistes de balzac, et sur sa réception en tant qu'auteur et penseur « carliste » : carliste d'une certaine espèce, à la fois marginal et non légitimé par son parti. il s'agit d'étudier le rapport dialogique qu'il a pu établir avec un certain lectorat de droite, mais aussi avec le reste de la critique, prenant en considération – ou non – son appartenance partisane. la question sera en particulier de mesurer l'impact politique de balzac, journaliste et romancier, sur le lectorat immédiat de son temps : impact, réel ou supposé, de la part d'un auteur tel que balzac qui rêve manifestement de prendre rendez-vous avec l'histoire et d'avoir une influence sur la société de son temps une telle recherche reviendra à mettre à l'épreuve dans son cas la théorie de jauss qui choisit radicalement de considérer la littérature sous l'angle de l'actualisation du texte par le seul lecteur.


  • Pas de résumé disponible.