Diversité des langues et politiques linguistiques en Iran

par Shahzad Madanchi

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-François Bourdet.

Thèses en préparation à Le Mans , dans le cadre de École doctorale Cognition, éducation, interactions (CEI) (Nantes) , en partenariat avec Centre de recherches en éducation (Nantes) (laboratoire) depuis le 10-11-2009 .


  • Résumé

    Avec ses 75 langues (d’après Ethnologue, 2009), l’Iran est l’un des pays qui présente une grande diversité linguistique. Ses langues appartiennent majoritairement au groupe indo-iranien de la famille indo-européenne, mais on y parle aussi, selon les régions, des langues appartenant à d’autres familles : sémitique (arabe), et surtout la famille turque (Azéri, …). Cette diversité (associée à celle ethnique) a été l’un des atouts majeurs de la richesse linguistique depuis bien des siècles sans qu’il y ait véritablement une concurrence entre langues et le choix du persan comme langue officielle a souvent été considéré comme « facteur » de cohésion « nationale ». Nous aimerions dans le cadre de cette thèse, après avoir considéré les critères de sélection du persan, nous interroger, outre les politiques menées, sur sa place actuelle, alors que ressurgissent ici et là, des revendications identitaires par le biais des langues (qui ne sont bien évidemment pas sans rapport avec la situation géopolitique de la région surtout depuis l’éclatement de l’Union Soviétique), et sur la situation précisément des autres langues, que leur promotion soit ou non revendiquée. Indications bibliographiques : Ashouri D., 1993, Bāz-andishi-yé zabān fārsi (Réflexion sur la langue persane), Téhéran, Nashré markaz, 195p. Lazard G., 1995, La formation de la langue persane, Paris, Diffusion Peeters, 190p. Mascoub Sh., 2000, Hoviyaté irani va zabān fārsi (L'identité iranienne et la langue persanne), Téhéran, Farzān, 189p Nātel Khānlari P., 1967a, Question de la réforme de l'orthographe persane, in Haftād soxan. 2. Farhang va djāméé (Soixante-dix discours tome II : Culture et société), Téhéran, Tous, p. 304-312. Nātel Khānlari P., 1967b, Sur la réforme de l'orthographe persane, in Haftād soxan. 2. Farhang va djāméé (Soixante-dix discours tome II : Culture et société), Téhéran, Tous, p. 312-322. Nātel Khānlari Parviz, 1970, Târixe zabâne fârsi (Histoire de la langue persane), 3 vol., Téhéran, Bonyâdé Farhang. Oranskij Iosif M., 1977, Les langues iraniennes, traduit du russe par Joyce Blau, Paris, Klincksieck, 239p. Publications de l'Académie de la langue persane

  • Titre traduit

    Diversity of languages ​​and language policies in Iran


  • Résumé

    With 75 languages ​​(from Ethnologue, 2009), Iran is a country with great linguistic diversity. Their languages ​​belong mainly to Indo-Iranian group of the Indo-European family, but we also speak, across regions, languages ​​belonging to other families: Semitic (Arabic), and especially the Turkish family (Azeri, ...) . This diversity (associated with that ethnic) was one of the major advantages of the linguistic wealth for many centuries without true competition between languages ​​and the choice of Persian as the official language was often seen as a "factor " of cohesion " national." We would like in this thesis, after considering the selection criteria of the persian language as the official language in this country, also to examine the language policies on its current position, while identity claims through language (which are obviously not unrelated to the geopolitical situation in the region, especially since the breakup of the Soviet Union),and specifically on the situation of other languages, their promotion or ...