Les machines a croire dans la fabrication des nouveaux mouvements religieux.

par Violaine Meziere

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Nathalie Luca.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 15-11-2009 .


  • Résumé

    La société dans laquelle nous évoluons est une société séculière, grande consommatrice d'objets, où la science se pose comme modèle de rationalité. nous pouvons ici parler, en terme wébérien, du désenchantement du monde qui apparaît comme un processus historique de rationalisation du monde et des comportements. l'explication du monde ne trouve sa source dans l'univers religieux. pourtant certains nouveaux mouvements religieux, engendrés par ces données, utilisent des objets techniques, habituellement réservés au champ scientifique, afin d'asseoir leur théologie. c'est la façon dont les éléments scientifiques sont mis au service de l'acte même de croire que je me propose d'investiguer dans ma thèse de doctorat : comment des ‘machines cultuelles' participent-elles à asseoir la théologie de certains nouveaux mouvements religieux ? dans cette perspective, j'étudierai trois machines créées par trois groupes différents. la rmx2010 (machine à cloner) du mouvement raélien, l'électropsychomètre de la scientologie, et le système radionique de l'aetherius society. chacun de ces trois groupes a donné l'impression d'une rationalité et d'une fiabilité, habituellement attribuée à la science, à leur théologie. a travers l'utilisation de machines, elles réintroduisent de la spiritualité, ainsi que leur propre forme d'éthique, dans leur vision de la science. ainsi que leur propre forme d'éthique, dans leur vision de la science. on pourrait ainsi dire qu'elles contribuent à une forme de ‘réenchantement'de leur monde.


  • Pas de résumé disponible.