Approche comparative des systèmes musicaux classiques persan et turc : origines, devenirs et enjeux

par Arash Mohafez

Thèse de doctorat en Ethnomusicologie

Sous la direction de Jean During.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre) (laboratoire) depuis le 26-10-2009 .


  • Résumé

    La thèse présente étudie de façon exclusive quelques aspects fondamentaux des liens entre la musique classique persane et la musique classique turco-ottomane. Le premier chapitre est une esquisse des liens historiques des musiciens persans avec le milieu culturel ottoman, et l'influence qu'ils ont eue sur la musique classique de cet empire. Le second chapitre dégage des liens entre certains aspects du répertoire instrumental attribué aux compositeurs persans des XVIe et XVIIe siècles dans les manuscrits ottomans d’Ufki et de Cantemir avec ceux du répertoire classique persan le plus ancien transmis jusqu'à nos jours ; le répertoire qâjâr. Sous l’angle des convergences et divergences des écoles classiques persane et turque contemporaines, le troisième chapitre se focalise sur le concept fondamental de mode et entreprend de comparer les particularités de cinq éléments constitutifs modaux dans les pratiques turque et persane actuelles. Le quatrième chapitre, en vue d'une démonstration concrète des théories modales développées dans le chapitre précédant, analyse des affinités et des divergences de cinq maqâms turcs actuels d’une même famille modale, Ushshak, Beyati, Huseyni, Muhayyer, Arazbâr, dont la substance est comparable dans la tradition persane actuelle, soit Shur, Abu ‘atâ, Hoseyni/Bayât-e Kord/Hejâz/Dashti, Owj, et Shahnâz. Le dernier chapitre est une approche anthropologique destiné à présenter une tentative concrète de revivification du répertoire des « ‘Ajamlar » dans les milieux des musiciens iraniens contemporains, et à étudier les réactions de ces derniers faces à ce répertoire inconnu en Iran tiré des sources ottomanes.

  • Titre traduit

    Comparative approach to persian and turkish classical music systems : origins, becoming and issues


  • Résumé

    This thesis studies exclusively some fundamental aspects of the links between the Persian classical music and the Turkish-Ottoman classical music. The first chapter is an outline of historical connections of Persian musicians with the Ottoman cultural environment, and the influence which they have had on the classical music of this empire. The second chapter identifies the links between some aspects of the instrumental repertory attributed to Persians composers of 16th and 17th centuries in Ufki and Cantemir’s Ottoman manuscripts and those of the oldest Persian classical music transmitted to our days; the qâjâr repertory. From the angle of convergences and divergences between contemporary the Persian and the Turkish classical schools, the third chapter focuses on the fundamental concept of mode and undertakes to compare the particularities of five modal constituent elements in the current Turkish and Persian practices. The fourth chapter, with a view to concrete demonstration of modal theories developed in the previous chapter, analyzes the affinities and differences of five current Turkish maqâms of a same modal family, Ushshak, Beyati, Huseyni, Muhayyer, Arazbâr, whose substance is comparable in the current Persian tradition, with Shur, Abu ‘atâ, Hoseyni/Bayât-e Kord/Hejâz/Dashti, Owj, et Shahnâz. The last chapter is an anthropological approach intended to present a concrete attempt to revivification of the “‘Ajamlar” repertory in contemporary Iranian musicians’ circles, and to study the reactions of these latter facing this unknown repertory in Iran taken from the Ottoman sources.