Révoltes intimes et collectivites : les adolescents Français descendants d’ex-colonisés algériens dans les émeutes de 2005.

par Malika Mansouri

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Marie Rose Moro et de Gesine Sturm.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de Erasme depuis le 26-01-2008 .


  • Résumé

    Les « émeutes » de l’automne de 2005 ont provoqué étonnement et incompréhension, en France. Selon une étude sociologique, elles auraient été orchestrées par des adolescents « Français d’origine immigrée » dont plus de 55% seraient « d’origine maghrébine ». Or, la particularité de ces jeunes Français est d’être nés de l’histoire française et de ses anciennes colonies. Les tentatives de compréhension du phénomène « émeutier » se sont multipliées sans s’attarder sur cette particularité de leur filiation. C’est la perspective que propose cette étude. Selon la méthodologie de recherche complémentariste proposée par Moro (1994), nous analysons quinze entretiens de jeunes français, descendants d’ex-colonisés algériens. L’analyse de ces entretiens met en évidence l’impact des violences de l’histoire coloniale dans les dynamiques interactionnelles familiales et les transmissions inconscientes. Cela permet d’apporter un nouvel éclairage sur la révolte de l’automne de 2005 en tant qu’elle est le symptôme d’un dysfonctionnement sur plusieurs niveaux : subjectif transgénérationnel, mais aussi du lien social, dans la société française. Ces jeunes établissent des liens entre la colère contemporaine ayant mené à la révolte et l’histoire coloniale et post coloniale. Un non-dit de la honte dans les familles et une mise au silence de l’histoire coloniale dans le système social et scolaire français apparaissent. Un racisme contemporain né des représentations coloniales est également central dans leur discours. Les analyses nous mènent à comprendre « les émeutes» comme la mise en acte d’une colère contemporaine en miroir avec les expériences passées de domination et dexclusion.


  • Pas de résumé disponible.