Les universités françaises et le processus de bologne.

par Heloïse Mary

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Marcel Monin.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 01-02-2009 .


  • Résumé

    La communauté contribue au développement d'une éducation de qualité en encourageant la coopération entre les états membres et si, nécessaire, en appuyant et en complétant leur action en respectant pleinement la responsabilité des états membres, pour le contenu de l'enseignement et l'organisation du système éducatif ainsi que leur diversité culturelle et linguistique (art. 149 tce). ainsi la communauté a-t-elle un rôle subsidiaire à celui des états membres : chaque etat conserve son propre système éducatif tout en respectant les exigences du traité. les documents des institutions communautaires mettent en exergue deux objectifs principaux : la construction de l'espace européen d'éducation et de formation par la mobilité et l'enseignement des langues étrangères et le renforcement des liens avec le monde du travail, de la recherche et de la société civile dans son ensemble. ils répondent à une nécessité rappelée lors de nombreux conseils européens qui est de : 'devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative de l'emploi et d'une plus grande cohésion sociale'. le processus de bologne répond à ces exigences. il ouvre la voie à la création d'un espace européen d'enseignement supérieur. cette évolution entraine néanmoins nombre de bouleversements du paysage universitaire français. en effet les universités perdent peu à peu la souveraineté qui était la leur au profit d'une gestion communautaire voire européenne de l'enseignement supérieur. ainsi , le processus de bologne, va-t-il à terme modifier toutes les structures juridiques des universités françaises ? aussi convient-il d'en étudier tous les aspects.


  • Pas de résumé disponible.