La poétique sonore chez Paul Verlaine

par Babak Manoochehri rad

Projet de thèse en Lettres modernes


Sous la direction de Michel Erman.

Thèses en préparation à Dijon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Idées, Sociétés, Institutions, Territoires (Dijon) depuis le 28-09-2006 .


  • Résumé

    Aperçu global de la thèse : Le champ principal d’investigation autour de la poétique sonore chez Verlaine nous semble plus propice à contribuer à un renouveau dans le domaine, suivant les grands axes de notre projet de recherches (y compris la notion de voix). Sous cette perspective, le corps de la thèse sera organisé en quatre grandes parties que voici : (avec des sous-chapitres correspondants bien entendu) 1) Après l’introduction formelle (générale) de la thèse exposant la problématique, la méthodologie, la littérature explorée, etc., une deuxième introduction( théorique cette fois-ci) de la notion de voix, dans le large champ sémantique de la voix, en nous référant en particulier aux disciplines et aux théories induites pour en définir ou en spécifier le concept. 2) L’analyse détaillée (mais non pas exhaustive) des cas où la voix du sujet de l’énonciation sert de "médium" à d’autres voix : une intériorité qui s’extériorise (ou inversement) par l’emploi des figures de style notamment comparaison, métaphore, métonymie, synecdoque, ... ; 3) Distinction établie entre la voix parlée et la voix chantée qui donnera suite à l’analyse des cas de figures où la poésie de Verlaine est vue comme un chant (une chanson) continu(e) ; bref, l’étude de ce que l’on appelle « la musique verlainienne » et dont relèvent en même temps les sons des instruments. Y seront abordées également les inflexions de cette voix vu l’importance accordée à cet aspect par des critiques éminents comme Henri Meschonnic, Benoît de Cornulier, … (la versification comprenant la métrique, le rythme, la prosodie) pour la voix chantée; 4) Partie consacrée à l’étude de la polyphonie et du dialogisme à proprement parler et basée sur les théories qui s’y rapportent, partie qui sera terminée par l’exploration de la notion de transtextualité (en nous référant surtout à Genette) pour des cas où la voix de Verlaine dialogue avec d’autre voix : les phénomènes liés à la citation, à l’épigraphe, au pastiche, à la parodie, etc. La problématique principale peut être formulée ainsi : De quel sorte d’univers sonore son être est entouré ou envahi (et de quelle manière), en réalité et/ou dans son imagination (subconscient), exemples ; certains Paysages tristes (P.S.) ou Paysages belges et certaines Ariettes oubliées (R.s.p.) ou encore bien des poèmes dans d’autres recueils de notre corpus, à savoir : Poèmes saturniens, Fêtes galantes, La Bonne Chanson, Romances sans paroles, Sagesse et Jadis et Naguère.

  • Titre traduit

    Poetic of voice end sounds in the poems of Paul Verlaine


  • Pas de résumé disponible.