Albert camus et le malentendu.

par Fayçal Mezhoudi

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Monique Gosselin-Noat.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) depuis le 01-10-2005 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie dans l’oeuvre d’Albert Camus les formes que prend un thème récurrent, le malentendu. Cette omniprésence pourrait s’expliquer d’abord par la vie de l’auteur, particulièrement par les traumatismes de l’enfance : une étude comparative des deux oeuvres autobiographiques montre bien le douloureux malentendu avec la mère. Mais l’incompréhension se situe aussi sur le plan politique et moral, car les positions ambiguës de l’écrivain sur la question algérienne ont suscité de violentes polémiques avec les intellectuels, alors que Camus n’a cessé de dénoncer l’injustice dont étaient victimes les autochtones. La réception de l’oeuvre n’a pas échappé à cette difficulté. Camus a été « mal-entendu » par la critique, tant en France métropolitaine qu’en Algérie, si bien qu’il met en place un imposant paratexte afin d’éviter toute « mauvaise » lecture. Ainsi, toutes les expériences vécues par l’auteur (le malentendu avec la mère, avec les intellectuels, avec les critiques…) nourriront son oeuvre qui sera marquée par l’incompréhension entre ses personnages, par un déchirement dans leurs relations dû à une différence au niveau de la pensée, de la culture, de la race.


  • Résumé

    The following thesis studies the forms that the recurrent theme of misunderstanding takes in the writings of Albert Camus. This omnipresence could be explained first by the author’s life, especially his childhood trauma: a comparative study of two autobiographical works shows the painful misunderstanding with the mother. But the misunderstanding is also located on the political and moral levels, as the writer’s ambiguous positions on the Algerian question started up violent controversies with intellectuals although Camus has always denounced the injustice whose victims were the aboriginal. The reception of his writings has not escaped this difficulty. Camus was "poorly understood" by critics, both in France and Algeria, so he sets up an imposing paratext to avoid "bad" reading. Thus, all the author’s experiences of (misunderstanding with the mother, with intellectuals, with critics ...) feed up his writings - which will be marked by misunderstanding between the characters - with a tear in their relationship caused by a difference at the level of thought, culture, race.