Lire Julien Offray de La Mettrie dans les sphères savantes et intellectuelles du monde germanique de 1740 à 1850

par Cécile Lambert

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Michel Delon et de Helmut Pfeiffer.

Thèses en préparation à Paris 4 en cotutelle avec l'Université Humboldt à Berlin (ALLEMAGNE) , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) depuis le 19-07-2011 .


  • Résumé

    Notre projet concerne la réception de La Mettrie et du matérialisme radical dans le monde germanique de l'Aufklärung et de la Post-Aufklärung. Notre travail se déroulera sous cotutelle franco-allemande, car il intéresse aussi bien la recherche française qu'allemande. C’est un projet d’histoire des idées et il s’inscrit dans un champ de recherches actuel plus large, qui étudie les transferts culturels franco-allemands aux XVIIIe etXIXe siècles (Michel Espagne), et en particulier la réception des philosophes matérialistes français en Allemagne (Helvétius, Diderot). La Mettrie présente un intérêt spécifique : il a publié l'essentiel de son oeuvre directement en Allemagne. Son oeuvre, difficile à appréhender comme à classer, a suscité d’emblée des déconstructions et des reconstructions idéologiques variées, contradictoires, parfois surprenantes. Elle est lue,reprise et discutée dès sa parution (Haller, Formey), puis jusqu’au XIXe siècle, et le « cas La Mettrie »constitue une lecture et une inspiration essentielles pour la philosophie (Kant, Hegel) mais aussi pour la littérature allemandes (Wezel, Herder, Schiller, Heine, Büchner). Notre hypothèse est la suivante : la réceptionde La Mettrie ne se fait pas tant sur les contenus réels et objectifs de son matérialisme que sur les remises en cause des courants idéologiques déjà institués et des relations déjà tissées qu’il provoque par ses publications,et nous nous demanderons pourquoi le matérialisme radical de La Mettrie est investi de cette force de scandale. La Mettrie est un auteur méconnu, pour lequel ni l'étude systématique des archives disponibles, ni l'établissement d'un corpus de réception n'ont été menés de manière exhaustive : ce sera notre première tâche. L’analyse de ce corpus visera ensuite à démontrer l'existence d'un contact déterminant entre le matérialisme français et l’Allemagne, mais d’un contact surprenant qui forme, déforme ou reforme largement les visionscourantes du philosophe, des Lumières, des styles français et allemand, du matérialisme radical. Elle pourra apporter un meilleur éclairage sur la réalité des échanges culturels franco-allemands au sujet du matérialisme radical des Lumières. Nous espérons éclairer les enjeux liés aux questions de réception d'un penseur dans une situation d'échanges et de transferts culturels, et participer à l'entreprise plus générale de réévaluation du courant matérialiste aux XVIIIe et XIXe siècles.


  • Pas de résumé disponible.