L'émergence des porn studies en france : mutation et circulation du genre pornographique dans les sciences humaines et sociales

par Émilie Landais

Projet de thèse en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Jacques Walter.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 23-03-2011 .


  • Résumé

    Selon le new-york times, l'industrie pornographique engendre aujourd'hui des revenus annuels de 57 milliards de dollars américains et la toile compte près de 372 millions de pages web à contenu pornographique. ces chiffres sont représentatifs de la grande démocratisation du genre et de la rentabilité des entreprises qui œuvrent dans ce secteur économique. le panorama télévisuel en est lui-même le témoin, depuis la démocratisation et la propagation du câble et des satellites, la multitude de chaînes offre le samedi soir plus d'une dizaine de films x aux téléspectateurs français. la pornographie fait dorénavant partie intégrante de notre société. le processus de massification qui s'est produit, essentiellement des années 1970 à nos jours, l'a progressivement conduit à devenir une industrie culturelle colossale soulevant des questions relatives aux discours dont elle est la matière (professionnels du secteur de production, journalistes, profanes, politiques, etc.). objet social et culturel, relevant d'enjeux économiques, politiques et esthétiques, la pornographie semble avoir gagné en légitimité au sein-même de la recherche scientifique. instituée en discipline ici (porn studies anglo-saxonnes), en sous-champ de recherche là (pornographie lesbienne, etc.), ce « nouveau » terrain de recherche pourrait bien constituer un prolongement des études sur le genre et la sexualité. c'est ce processus de mutation d'un objet marginal vers un objet conforme au système académique que nous nous proposons d'élucider dans cette thèse.


  • Pas de résumé disponible.