Poésie orale kabyle ancienne. Histoire sociale, Mémoire orale et création poétique

par Abdelhak Lahlou

Projet de thèse en Anthropologie sociale et ethnologie


Sous la direction de Tassadit Yacine.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 03-11-2010 .


  • Résumé

    Jusqu’au milieu du XXe siècle, la littérature kabyle fut essentiellement orale et s'exprimait principalement dans le genre poétique. Si les contes, les fables, les légendes et autres récits mythiques furent l'autre moyen par quoi les Kabyles exprimèrent leur génie, il reste que c’est la poésie qui fût la matrice de leur culture et le réceptacle de leur histoire. Plus qu’un art qui doit transfigurer le réel, la poésie kabyle a pour rôle de rendre ce réel, l’interpréter et le clarifier pour donner du sens aux événements historiques et politiques auxquels sont confrontés les hommes et les femmes de cette région. L’objet de notre recherche est de partir de la production poétique la plus ancienne telle qu’elle est arrivée à nous par les recueils de Adolphe Hanoteau (1867), Amar-Ou-Saïd Boulifa (1904), Belkacem Bensedira (1887), Jean Amrouche (1988) et la somme considérable établie par Mouloud Mammeri (1969, 1980, 1989) afin de scruter l’horizon culturel de la Kabylie et saisir, à travers l’étude les textes, l’homme dans son enracinement social et culturel.

  • Titre traduit

    Research on ancient kabyle oral poetry : social history, oral memory and Poetic creation.


  • Résumé

    Until the middle of the twentieth century, Kabyle literature was essentially oral and was mainly expressed in the poetic genre. If tales, fables, legends and other mythical narratives were another way by which the Kabyle people expressed their genius, it remains that poetry was the matrix of their culture and the receptacle of their history. The Kabyle poetry, more than an art that has to transfigure reality, has the role of rendering this reality, interpreting it and clarifying it to give meaning to the historical and political events. The object of our research is to start from the earliest poetic production as it came to us by the collections of Adolphe Hanoteau (1867), Amar-Ou-Saïd Boulifa (1904), Belkacem Bensedira (1887) Jean Amrouche (1988) and the considerable sum established by Mouloud Mammeri (1969, 1980, 1989) in order to examine the cultural horizon of Kabylia through the study of its oral poetry.