Permanence et transformations des pratiques religieuses et populaires dans les andes boliviennes

par Baptiste Lavat

Projet de thèse en Études romanes

Sous la direction de Karim Benmiloud.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, littératures, cultures, civilisations - ED 58 depuis le 13-10-2010 .


  • Résumé

    Le syncrétisme culturel et religieux dans la zone andine, région du sous-continent américain dans laquelle sont encore le plus représentées les multiples identités indigènes (avec la forêt amazonienne), est une réalité unique qui témoigne encore aujourd'hui, près de cinq siècles après la conquête, de la profonde implantation des codes culturels et religieux des colonisateurs dans les pays andins. les manifestations d'une culture imposée par le colon espagnol, que les indiens ont su adopter tout en conservant une grande partie de leurs traditions non pas en marge du catholicisme mais bien en adéquation avec celui-ci, témoignent aujourd'hui d'une acculturation qui n'a pas été menée au complet détriment des pratiques locales, riches en symboles et en sens, mais en 'fusion' avec ces dernières. on a donc encore de nos jours en bolivie des exemples qui témoignent d'un syncrétisme profondément ancré dans les rites populaires (comme l'extrêmement riche et important carnaval d'oruro, sur lequel se base en partie ce travai), mais aussi officiels (pensons à l'investiture d'evo morales en 2006, marquée par une cérémonie religieuse précolombienne). l'étude de ces pratiques du point de vue de leur évolution historique devrait permettre d'appréhender de manière différente les multiples avatars de cultures ancestrales qui ont su résister au temps et s'adapter afin de conserver un visage jusqu'à nos jours, où elles font l'objet d'un intérêt croissant.


  • Pas de résumé disponible.