Comment le système de contrôle intègre-t-il la modélisation et la mesure de la performance environnementale.

par Alain Loiseau

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Bernard Christophe.

Thèses en préparation à Amiens , dans le cadre de École doctorale en sciences humaines et sociales depuis le 01-10-2006 .


  • Résumé

    Il s'agit d'étudier comment la prise en compte du dd se répercute sur les systèmes de contrôle et les systèmes d'information sous-jacents. c'est une démarche très exploratoire, le dd étant plus souvent perçu comme un catalyseur opérationnel que comme une variable à dimension stratégique (non dans le discours mais dans les actions objectivées). la palette des comportements réunit des postures opportunistes, attentistes, ou de mimétisme . ceci est la traduction de la césure classique entre la contrainte de rentabilité immédiate et le risque de perdre un vecteur de croissance à long terme . le dd est un concept en devenir au delà de l'effet de mode. nous sommes dans une phase d'inventivité et de tâtonnements, le terrain interpellant la conceptualisation / modélisation et la conceptualisation en produisant des normes suscite l'expérimentation. le travail repose alors sur l'hypothèse que la pratique en utilisant/produisant des indicateurs (donc des mesures) fournit une traçabilité et fait émerger des conceptions du dd, que ces dernières soient en phase ou en décalage avec le discours affiché. en d'autres termes la structuration des indicateurs et leurs modes d'intégration dans le système de contrôle est un révélateur, la mesure renvoie à la stratégie et non l'inverse dans ce contexte très particulier. c'est pour cela que j'ai adopté une méthodologie de cas longitudinaux qui permet de faire émerger le sens dans la richesse et la complexité des contextes ; une approche transversale statistique classique serait plus restrictive quand au nombre de variables intégrées donc au degré de liberté introduit dans l'étude. la méthodologie des cas suppose en revanche une rigueur dans sa conduite puisqu'il s'agit d'éviter au maximum la subjectivité de l'observateur quand à l'interprétation du contexte d'étude. cela induit un double niveau de collecte de donnée : d'une part la conduite d'entretiens sur la base d'un questionnaire ouvert , d'autre part recueil des données officielles , lorsqu'elles sont accessibles ( en particulier les rapports de développement durable) ainsi que les indicateurs des reportings utilisés par les différentes fonctions interviewées . l'idée est de reconstituer le système de pilotage et de le mettre en perspective avec le contenu des entretiens et de croiser les entretiens au niveau des sièges avec ceux obtenus dans les unités opérationnelles.


  • Pas de résumé disponible.