La sculpture russe, du naturalisme à l'art nouveau : une approche géopolitique des pratiques artistiques

par Nicolas Laurent

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Ségolène Le Men.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Histoire des arts et des représentations (Nanterre) (laboratoire) depuis le 19-11-2010 .


  • Résumé

    Le présent travail intègre une dimension internationale dans son sujet : La sculpture russe du naturalisme à l’Art Nouveau : géopolitique des pratiques artistiques. Il a pour fondement l’étude de ceux des sculpteurs russes qui, d’une manière ou d’une autre, ont voyagé ou séjourné à l’étranger entre 1870 et 1914. En faisant converger les approches de la nouvelle « macro-histoire de l’art », soutenue par les méthodes statistiques de l’histoire de l’art quantitative, avec l’émergence d’une problématique non pas « bilatérale » mais « multilatérale », à même de rendre compte de manière complète de l’évolution internationale d’un art et de ses acteurs, l’étude se concentre sur les rapports entretenu par des artistes d’un pays avec les autres pays en général. Il cherche ainsi à redéfinir une géographie européenne de l’art, avec une mise en relation des différents centres artistiques entre eux vus par un prisme étranger. Ainsi, par une approche multinationale, distingue-t-il les centres artistiques européens majeurs de la période : Paris supplantant progressivement Rome au cours du siècle en tant que centre artistique de niveau mondial, Munich et Berlin se disputant la place de centre majeur de l’Europe médiane. Paris assoit alors sa domination écrasante dans la concentration des sculpteurs par rapport à ses concurrentes allemandes et italiennes. Les circulations internationales influencent dès lors l’évolution artistique en Russie, notamment lorsque les sculpteurs y reviennent après un séjour à l’étranger : les apports de la sculpture occidentale interviennent dans les multiples évolutions qui affectent la plastique russe depuis les années 1870 jusqu’à l’Âge d’Argent.

  • Titre traduit

    Russian Sculpture, from Naturalism to Art Nouveau : geopolitical approach of artistic practices


  • Résumé

    The following work is to be considered from a global point of view, as shown in this topic: Russian sculpture from naturalism to Art nouveau: a geopolitical analysis of artistic practices. The basis of this study is that of the Russian sculptors who have somehow traveled or stayed abroad between 1870 and 1914. By putting together the new ‘macro art history’ approaches supported by the statistics of a quantitative method of art history with the emergence of a rather multi-lateral question than a bi-lateral one which has the power to fully acknowledge the global evolution of an art and its participants, this study focuses on the relations maintained by the artists from one country with other countries in general. From a foreign perspective, this study aims at redefining the European geography of art while connecting various artistic centers together. A distinction is therefore made from a global approach between the most important art-related European centers of the time; namely Paris, which progressively replaced Rome over the century as a nationally-scaled point of interest, as well as Munich and Berlin, which challenged their number one standing in central Europe. Unlike its German and Italian competitors, Paris managed to establish its authority by gathering sculptors. Global migration consequently influenced the evolution of art in Russia, especially when sculptors went back after staying abroad. Thereby, contributions from Western sculptures played an essential role in the various artistic evolutions that affected Russia from the 1870’s to the Silver Age.