L'inde et la cyber-guerre : quelles menaces, quelles réponses ?

par Axel Lebrun

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Klaus-Gerd Giesen.

Thèses en préparation à Clermont-Ferrand 1 , dans le cadre de Ecole doctorale des sciences économiques, juridiques, politiques et de gestion (Clermont-Ferrand) , en partenariat avec EA4232 Centre Michel de l'Hospital (laboratoire) depuis le 15-09-2010 .


  • Résumé

    Le champ de bataille virtuel peut-il avoir un caractère décisif dans le cadre d'un conflit dirigé envers l'inde ? à partir d'une typologie des méthodes de cyber-guerre (espionnage, propagande, agression, hacking,…) il s'agit d'analyser les vulnérabilités indiennes, les moyens mis en place pour y répondre et les perspectives d'évolution. par ailleurs, au-delà de l'aspect technique, la problématique de la cyber-guerre doit être envisagée sous un éclairage politique : puissance émergente, l'inde a une obligation de développement qui freine ses ambitions géopolitiques, tandis que de nombreux troubles internes ont tendance à noyer les autorités sous une multitude de menaces. dans ce contexte de hiérarchisation des priorités politiques, la cyber-guerre semble parfois davantage être mise à l'agenda par les militaires. le pouvoir politique doit pourtant s'affirmer aussi dans ce domaine afin de donner des directions claires, et non subir les évolutions doctrinales de l'armée. d'autre part, alors que l'inde multiplie ses efforts diplomatiques afin de sortir d'un certain isolement hérité de sa politique de non-alignement au cours de la guerre froide, la menace « cyber », sans frontière, peut faire l'objet d'un certain dilemme de sécurité, d'autant que le développement des moyens de cyber-guerre fait l'objet d'une omerta généralisée, et donc d'une méfiance exacerbée entre ses protagonistes. certains auteurs prônent la réhabilitation pour la cyber-guerre des théories de la dissuasion rationnelle, voire du concept de destruction mutuelle assurée auparavant cantonnés à la problématique de l'arme nucléaire.


  • Pas de résumé disponible.