Quand l'exil prend fin. memoires chiliennes et argentines ou la quete d'une legitimite identitaire et culturelle.

par Julie Lavergne

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Nicole Lapierre.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 19-11-2009 .


  • Résumé

    La thématique abordée sera celle de la fin de l'exil pour les chiliens et les argentins ayant du quitter leur pays durant les dernières dictatures militaires (1973-1989 pour le chili ; 1976-1983 pour l'argentine). deux possibilités de fin d'exil seront envisagées que je nomme désexil et postexil : le premier terme caractérise la situation des retornados, les chiliens et argentins revenus du pays d'accueil en vue de se réinstaller dans le pays d'origine. le postexil définit la situation de ceux qui restent dans le pays d'accueil, que l'on nommera, dans ce cas là, pays de résidence. il s'agira donc d'interroger la mémoire, ou les mémoires, comme support dans une quête de légitimité identitaire et culturelle de chiliens et d'argentins en fin d'exil. il semblerait que les deux phénomènes cités plus haut, désexil et postexil, soient à l'initiative de transformations et de mutations dans la définition identitaire que peuvent se donner les individus en présence et que leur donnent et la société d'accueil, et la société d'origine. la mémoire sera ici envisagée dans ce qu'elle est un fait social où agissent et remuent différents enjeux, des tensions (tensions entre plusieurs mémoires et plusieurs producteurs autorisés de mémoire, mais aussi tensions et négociations permanentes entre souvenir et oubli, dicible et indicible). c'est pourquoi elle sera envisagée comme support, comme outil de légitimation, de reconnaissance, et parfois même de revendications identitaires et culturelles.


  • Pas de résumé disponible.