Politiques securitaires, mobilisations sociales et enjeux territoriaux dans la ville neoliberale entre global et local : los angeles et johannesburg.

par Martin Lamotte

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Michel Agier et de Julie-Anne Boudreau.


  • Résumé

    La question de la sécurité est devenue un enjeu majeur de la gestion des villes contemporaines. de ce point de vue, on observe une circulation des savoirs et des expertises en particulier dans le développement des expériences de gestion locale de la sécurité par des acteurs privés et communautaires tels les neighborhood crime watch, ou surveillance de voisinage, impliquant acteurs publics (police, municipalité) et résidents. se dessine ainsi une circulation à la fois des savoirs et expériences sécuritaires et d'une rhétorique de démocratie participative liées aux problèmes de sécurité. au niveau global, de nouveaux paysages urbains sécuritaires semblent apparaître. ces montages sécuritaires posent la question d'un inégal droit à la sécurité, en fonction des revenus et de la situation géographique du quartier concerné. si des travaux ont déjà permis de décrire certains de ces dispositifs à partir de monographies, il s'agira ici d'aller plus loin à la fois en analysant la circulation de ces savoirs et en conduisant une recherche comparative entre une métropole des états-unis, los angeles, où sont nés les premiers dispositifs, regroupés sous le titre générique de community policing, et une métropole sud-africaine, johannesburg, où ils sont aujourd'hui adaptés dans un contexte social, politique et urbain très différent. il s'agira donc d'examiner comment donc se forme une nouvelle géopolitique sécuritaire globale, qui s'inscrit dans la ville et qui circule entre celles-ci, et comment son utilisés, réinterprétés, dans les différents contextes locaux et auprès des populations locales ces programmes sécuritaires.


  • Pas de résumé disponible.