Race, sang et segregation : pour une histoire sociale et politique de la transfusion sanguine aux etats-unis (1939-1969).

par Jean-paul Lallemand

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Francois Weil.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 06-10-2009 .


  • Résumé

    A travers l'étude de la mise en place des premières banques de sang par la croix-rouge américaine, il est question de comprendre comment s'élaborent des pratiques de ségrégation institutionnelle au sein de l'univers médical sur des bases scientifiques et idéologiques mais aussi pour des raisons économiques et logistiques. le 'racisme socio-médical' qui prévalait jusqu'alors ne fonctionne plus et suscite l'indignation d'une partie importante de la sphère publique. dès 1940, la question de la ségrégation du sang semble devenir un point d'appui pour une critique du système ségrégué dans son ensemble (tant politique que social). les critiques réclament alors la fin de la ségrégation médicale et les associations comme la naacp ou la nma revendiquent l'égalité politique et sociale (droit de vote, accès à l'éducation, etc.). le sang est dans le cadre de ce projet une véritable focale pour appréhender la question de l'origine du mouvement des droits civiques. il est un point de convergence historique des pratiques sociales (associations, communautés), politiques (lettres de roosevelt, des syndicats, des partis), scientifiques (médecins) et culturelles (chanson, télévision, presse). c'est une approche qui révèle l'encastrement de la question raciale dans la médecine américaine et permet d'observer un moment où elle sort d'un cadre racialisé en prenant en compte les protestations qui se font jour en dehors de son domaine d'expertise.


  • Pas de résumé disponible.