Contribution à l'étude des étrangers engagés dans l'armée française en 1939-1940 : engagement(s), altérité(s), identité(s).

par Stéphane Leroy

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Didier Francfort.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas depuis le 24-09-2009 .


  • Résumé

    L'histoire des guerres du 20e siècle a profondément été transformée par des approches complémentaires, dont la réalisation de monuments est une des composantes. ce qui a été fait pour la première guerre mondiale, avec par exemple l'historial de péronne -musée international de la grande guerre qui aborde les aspects historiques, sociologiques et ethniques du premier conflit mondial- doit être réalisé avec la seconde. il est alors intéressant de se détacher de l'histoire militaire pure, celle des batailles, pour se pencher sur une histoire culturelle et l'histoire des combattants. parmi ceux-ci, beaucoup, étaient des étrangers. en parallèle, des institutions, comme la cité nationale de l'histoire de l'immigration commencent à structurer des recherches sur les étrangers qui ont fait le choix de s'exiler dans note pays. le pan culturel de l'immigration, grande ligne directrice de mon travail, soulève de nombreuses questions. celles-ci seront organisées autour de la problématique de la mise en évidence de l'intégration d'étrangers issus de cultures différentes dans une institution qui pouvait leur être hostile : pourquoi et comment l'idée de combattre dans l'armée française prend-elle un sens pour ces migrants ? comment font-ils une étape importante dans leur processus identitaire ? il sera donc essentiel de s'interroger sur les barrières culturelles, les clivages politiques et religieux, la xénophobie et l'antisémitisme. il faudra également se pencher sur la nature des réactions des français face à ces étrangers. pour y répondre, je mettrai à profit deux types de sources. je me fonderai d'abord, dans une perspective prosopographique, sur divers fonds d'archives comme ceux du service historique de l'armée de terre de vincennes et du fonds du centre de documentation et historique de la légion étrangère d'aubagne. j'insisterai ensuite sur les sources orales. ainsi, les témoignages éclaireront les listes d'engagement consultées dans les archives.


  • Pas de résumé disponible.