Édouard Glissant : penseur du monde : poète de la terre

par Raphaël Lauro Raoulx

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jean-Michel Maulpoix.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) depuis le 14-10-2008 .


  • Résumé

    La poétique d’Édouard Glissant se déploie à partir de deux signifiants : le monde et la terre. Commun et divers, un et multiple, le monde est pour le poète le lieu de l’expérience subjective et sensible, mais aussi celui de l’action collective et de l’Histoire des peuples. De même, la terre désigne aussi bien l’étendue du globe terrestre que l’espace circonscrit du pays et de la communauté. Symbole élémentaire, elle est autant matrice géologique du poème que paysage structurant la pensée, espace ouvert à l’imaginaire et milieu propre à une culture. En ce sens, les variations sémantiques du monde et de la terre relient les dimensions politique, esthétique et philosophique de l’expression poétique. Mais la distinction des signifiants révèle également un mouvement d’aller vers l’Ailleurs et de retour au Lieu. Le monde est cet espace vers lequel la pensée tend quand la terre est ce lieu vers quoi le poème revient. Ce travail examine cette double tension de la poésie et de la pensée au regard des poèmes et des essais. Partant de l’image de la source conçue en tant qu’horizon originel (chapitre I), il étudie le double engagement poétique et politique de Glissant (chapitre II), revient sur ses poèmes élémentaires et sur la « conception du monde » que dévoilent ses premiers articles critiques (chapitre III), tente de démêler l’articulation des catégories esthétiques de l’épique et du baroque (chapitre IV), analyse ce double appel du monde et de la terre au miroir de Saint-John Perse (chapitre V), fait un détour par la convocation des présocratiques (chapitre VI) et soulève enfin la question de la dialectique de l’archipel et du continent (chapitre VII).

  • Titre traduit

    Édouard Glissant : thinker of the World : poet of the Earth


  • Résumé

    Edouard Glissant’s poetics revolve around two signifiers, the world and the earth. The world is both one and multiple, shared and diverse. For the poet, it is the site of subjective, sensory experience as well as collective action and History. Likewise, the earth designates both the entire planet and the circumscribed ground of a country and a community. The ‘earth’ is an elementary symbol, forming the geological matrix of the poem just as much as the landscape that structures thought. It is both the open space of the imagination and the environment of a given culture. In this sense, both world and earth link the political, æsthetic and philosophical dimensions of poetic expression. However, the difference between the terms reveals a double movement: towards Elsewhere and back to the Place. Thought reaches towards the world whereas the poem returns to the earth. This study examines these movements of poetry and thought in relation to Glissant’s poems and essays. Chapter I discusses the image of the source as original horizon, after which chapter II explores Glissant’s poetic and political commitments. His elemental poetry and the ‘conception of the world’ his first critical writings unveil form the subject of chapter III, while chapter IV attempts to elucidate the relationship between the epic and the baroque. The pull of both the world and the earth are analysed through a comparison with Saint-John Perse’s work in chapter V. A detour via Glissant’s reference to presocratic philosophers is made in chapter VI, before the final chapter interrogates the archipelago-continent dialectic in Glissant’s oeuvre.