Nietzsche et les moralistes francais.

par Camille Legrand

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Stéphane Michaud.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) depuis le 15-05-2008 .


  • Résumé

    A travers l'oeuvre des Moralistes qu'il découvre à partir de 1876, Nietzsche devient français et commence la critique psychologique du Christianisme. La religion chrétienne a en effet adopté une posture morale paradoxale : tout en présentant la vie de l'homme réel sous son jour le plus noir, elle prétendait continuer de croire en la bonté idéale de l'humain. A la Réforme, la carte religieuse de l'Europe puis du monde va néanmoins changer : ce sont certains hommes, prédestinés de Dieu, qui hériteront des qualités morales absolues. Cette thèse s'est intéressée à la question morale du protestantisme en Europe, se demandant avec Nietzsche, comment le Christianisme a-t-il pu se fonder à partir d'une anthropologie pessimiste et surtout survivre dans une doctrine de la prédestination abolissant le mal en soi pour le projeter dans l'autre. L'oeuvre de Montaigne, Pascal, La Rochefoucauld, Voltaire et Stendhal, que Nietzsche découvre progressivement à partir de sa rupture avec Wagner marque le début d'un questionnement généalogique. Dans l'oeuvre des Moralistes français, Nietzsche découvre une posture morale plus sereine et surtout une manière d'écrire plus libre, celle de l'aphorisme, proche dans sa rhétorique, du raisonnement dialectique par lequel philosophaient les Anciens. Nietzsche les imite et propose une nouvelle anthropologie morale : Bien et Mal ne sont que des mots par lesquels nous laissons parler l’ignorance de notre vouloir. La morale est dès lors problématique lorsqu’elle nous enlève le pouvoir de notre volonté.


  • Résumé

    Nietzsche brings into light the work of the French Moralists in 1876. At this time, Nietzsche stresses his proximity to France and thanks French authors- Montaigne, La Rochefoucauld, Pascal, Voltaire and Stendhal for the accuracy of their moral observations. Nietzsche endeavors to criticize Christian moral on psychological criteria. According to him, Christianity has kept alive the paradox of language and experience by interpreting the flesh as a contradiction of the will. After the Reformation, the map of Europe and the whole world changes : only the God’s chosen ones are predestined to live moral lives when others lead nothing but wretched existences. This thesis aimed at highlighting Nietzsche’s interest for the French Moralists in the broader context of the Reformation. How could Christianity grow on the basis of a pessimistic anthropology ? How could such a model pervade in Europe throughout its moral Reformation ? This work examines how Nietzsche studies the rhetorical method and the moral matter of the French Moralists, how he imitates them to get closer to the wise and more serene attitude of the Ancients. To Nietzsche, good and evil are only the words through which ignorance starts to speak the will. Moral is therefore problematic when it deprives the will of power.