Le droit a la croisée des arts.

par Emilie Leroy

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Serge Regourd.

Thèses en préparation à Toulouse 1 depuis le 10-09-2007 .


  • Résumé

    Selon auguste rodin, ''l'art est la sublime mission de l'homme, puisque c'est l'exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre''. le droit, quant à lui, tend à l'universel, il recherche la stabilité et la prévisibilité des comportements. sous cet angle, le rapprochement du droit et de l'art pourrait à priori sembler évident, et pourtant il n'en est rien. pour le philosophe hegel, le droit et l'art n'ont rien en commun car l'art appartient à l'exceptionnel et le droit à l'abstraction de la règle générale. si le rapprochement entre le droit et l'art n'apparaît donc pas à première vue évident, il faut tout de même reconnaître que le droit et l'art ont en commun de conduire les hommes et leurs comportements vers un idéal de perfection. pourtant, au travers des siècles, la censure s'est perpétrée. les pouvoirs institués ont de tout temps exercé une certaine main mise sur les arts. l'état, par exemple, fut mécène, censeur, régulateur ; les pouvoirs religieux ont de tout temps exercé un contrôle sur les arts, et les régimes totalitaires les ont très souvent ''muselés''. pourquoi ces pouvoirs tentent donc de distancier les arts du droit si tous deux ne véhiculaient pas les mêmes enjeux ? cette mise à distance est nécessairement tributaire d'un intérêt. le droit, de diverses manières et pour différentes raisons, a distancié les arts. si l'histoire est riche d'exemples, aujourd'hui, subsistent certaines formes de distanciation des pouvoirs institués vis-à-vis des arts.


  • Pas de résumé disponible.