Trois partis verts latino-américains en perspective comparée avec les pays européens. Concurrence avec la gauche et stratégies de démarcation

par Diana Hanry Knop

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Renée Fregosi et de Radek Buben.

Thèses en préparation à Paris 3 en cotutelle avec l'Univerzita Karlova (Prague) , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (....-2015 ; Paris) depuis le 14-12-2010 .


  • Résumé

    Le Partido Verde brésilien, le Partido Ecologista chilien et le Proyecto Sur argentin sont des partis politiques appartenant à la mouvance des partis verts ou de tendance écologiste. Ils constituent, dans leurs pays respectifs, des forces politiques nouvelles, qui entendent se distinguer par l’affirmation d’une identité particulière, fondée sur la place centrale accordée à la protection de l’environnement et au développement durable ainsi que sur la volonté de « faire de la politique autrement ». Si les membres de ces partis estiment ainsi se démarquer de la gauche, ils s’en rapprochent néanmoins par les idées qu’ils défendent en matière sociétale, mais aussi en matière économique et sociale. Ils participent ainsi au mouvement plus vaste de recomposition de la gauche et se trouvent en concurrence avec les autres forces de gauche, dont ils partagent l’électorat. Ces trois partis ont émergé, dans un contexte de renouvellement démocratique, en lien avec les acteurs de la société civile. Ils continuent à entretenir des liens étroits avec le monde associatif, syndical et artistique. Leur organisation est fondée sur un modèle basé sur des principes démocratiques tels que le pluralisme, la représentativité, la territorialité. Néanmoins, comme leurs homologues d’Europe occidentale et d’Europe centrale et orientale, ils font face à la difficulté de mettre effectivement ces principes en œuvre dans leur fonctionnement quotidien et sont confrontés à un phénomène de concentration du pouvoir à la tête du parti. Si le Partido Eccologista chilien, le Partido Verde brésilien et le Proyecto Sur argentin ont chacun su occuper un espace jusqu’alors vacant sur la scène politique de leur pays respectif, leurs perspectives d’évolution et de développement demeurent incertaines.