Le contexte, l'image et la musique à l'unisson dans la collaboration de Nikita MIKHALKOV avec Edouard ARTEMIEV

par Farhad Khatib damavandi

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Marie-Bernadette Dufourcet.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de École doctorale Montaigne-Humanités (Bordeaux) , en partenariat avec Centre d'études des mondes moderne et contemporain (Pessac, Gironde) (equipe de recherche) depuis le 16-11-2010 .


  • Résumé

    Dans les années 1970, les cinéastes soviétiques arrivaient à faire des films de qualité malgré toutes les contraintes et bien qu’étant obligés de tourner conformément aux critères de la censure. On peut parler de l'originalité et d’une certaine liberté d'expression, comme les caractéristiques du cinéma soviétique de cette période, puisque le contrôle du contenu des films est devenu moins strict par rapport aux décennies précédentes. Ces années sont marquées par la naissance de la collaboration fructueuse du cinéaste Nikita Mikhalkov avec le compositeur Edouard Artemiev. Un regard très profond sur l’histoire et la littérature de son pays est la particularité de toutes les créations de Mikhalkov, ce qui lui a valu le Grand Prix au festival de Cannes et l'Oscar du meilleur film étranger avec Soleil trompeur (1994). Quant à Artemiev, l’auteur de l’Opéra Crime et Châtiment, la maîtrise des différents styles (musique savante, musique électronique, musique rock et musique du monde) lui a permis de posséder une large palette de possibilités pour accomplir les tâches les plus difficiles en matière de musique de film. Il s’agit donc du tandem de deux maîtres incontestables dans leurs domaines respectifs, deux artistes qui se complètent. Ce travail de recherche vise à explorer le langage musical et les choix esthétiques d’Edouard Artemiev, ainsi que les différentes fonctions de sa musique dans les films de Nikita Mikhalkov. Cette étude s’appuie sur des extraits de partitions, fournissant ainsi au lecteur des références concrètes.

  • Titre traduit

    Context, image and music in unison in the collaboration of Nikita Mikhalkov with Edouard Artemiev


  • Résumé

    In the 1970s, the Soviet filmmakers, despite of all the restraints and being obliged to conform to the censorship criteria, were able to create quality movies. It is possible to consider that the originality and a certain freedom of expression were the characteristics of the Soviet cinema at that period, due to the fact that the control over the content of movies had become less strict than in previous decades. These years were marked by the birth of the successful collaboration between the filmmaker Nikita Mikhalkov and the composer Edouard Artemiev. A deep insight of his country's history and literature is a distinctive feature of all the movies made by Mikhalkov. This particularity brought the director the Grand Prix at Cannes and the Oscar for the best foreign film for his movie Burnt by the Sun (1994). As for Artemiev, the author of the opera Crime and Punishment, his perfect knowledge of different styles (classical music, electronic music, rock and world music) allowed him to possess a wide range of possibilities in order to accomplish the most difficult tasks in creating the film music. This is the tandem of two incontestable masters in their respective fields, two artists who complement each other. This research aims to explore the musical language and the aesthetic choices of Edouard Artemiev, as well as the different functions of his music in the films of Nikita Mikhalkov. This study is based on the extracts of different scores, providing the concrete references to the reader.