Histoire de la reconstruction de l'avenue krechtchyatyk à kiev (1944-1955). un ensemble architectural de la période stalinienne en ukraine : enquête d'une identité nationale.

par Tetyana Constant (Kilesso)

Projet de thèse en Études slaves

Sous la direction de Pierre Gonneau.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 15-07-2010 .


  • Résumé

    Sous sa forme actuelle, l'ensemble architectural de l'avenue principale de kiev montre un exemple très particulier de l'architecture de la période de la reconstruction d'après-guerre en ukraine. a la libération de kiev en 1943, ce n'était qu'un immense amas de décombres. après la guerre, la reconstruction de khrechtchyatyk a demandé l'érection de bâtiments entièrement nouveaux sur toute la longueur. l'aspect architectural de l'avenue a été complètement modifié. l'histoire de cette reconstruction de khrechtchyatyk entre 1945 et 1955 est une des plus belles pages dans l'histoire de l'architecture soviétique de ukraine, qui cache pourtant certains aspects moitié oubliés et entièrement méconnus. beaucoup d'idées, exprimés par les architectes dans leurs projets de concours pour la reconstruction de khrechtchyatyk sont encore d'actualités et peuvent même inspirer les urbanistes de nos jours. l'architecture de cette 'décennie d'après-guerre' a été condamnée après la mort de staline, par le décret du 04.11.1955 du comité central du parti communiste et du conseil des ministres de l'urss 'sur la liquidation des excès' dans la construction des bâtiments. ce document décisif a marqué la fin de la grande époque de l'architecture stalinienne. le changement radical de la politique architecturale de l'etat découlait des réformes de nikita khrouchtchev. l'accession de l'ukraine à son indépendance en 1991 a ouvert un nouveau débat, fort animé, quant à l'appréciation de l'architecture stalinienne dans ce pays. durant les premières années de la période post-soviétique, ce patrimoine urbain et architectural a été considéré par certains historien de l'architecture comme un héritage honteux du communisme, un des stigmates de sa domination haineuse. avec le recul, il semble à présent possible de tenter une appréciation plus objective de cet héritage, en laissant de côté nos émotions. dans le nouveau contexte historique, le patrimoine urbain et architectural de cette période totalitaire mérite d'être soigneusement étudié, afin d'améliorer sa sauvegarde et sa restauration.


  • Pas de résumé disponible.