Battambang et sa région, de 1939 à nos jours : intégration spécificités et divergences dans le cadre de l'histoire contemporain du cambodge

par Vichheeka Khuon

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Alain Forest et de Samnang Sorn.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 26-02-2010 .


  • Résumé

    Le territoire de battambang et sa région ont connu une histoire particulière dans l'ensemble cambodgien. il constituait un territoire important de l'empire angkorien, contribuant probablement à l'approvisionnement de l'empire en riz et en poissons. après le 15è siècle et l'abandon d'angkor par les rois cambodgiens, il constitua une sorte de territoire tampon entre le territoire cambodgien dont le centre s'était déplacé vers le sud du grand lac et les puissants royaumes d'ayutthaya puis de bangkok. cette situation, où le territoire fut exposé aux guerres incessantes entre les deux pays, lui fut extrêmement préjudiciable ; les témoignages missionnaires européens rapportent notamment les ravages des expéditions siamoises des années 1770, qui se traduisirent par la mise en esclavage et la transplantation au siam de presque toute la population de la ville de battambang. ces guerres entre le cambodge et le siam résultaient en grande partie des guerres au cambodge même entre les princes qui rivalisaient pour monter sur le trône, certains de ces princes faisant appel au roi du viêt nam, d'autres au roi de siam. c'est ainsi qu'à la fin du 18è siècle, au terme d'incessants conflits, l'un des plus puissants ministres et généraux du royaume cambodgien dénommé ben, qui soutenait une alliance forte sous la protection du roi de siam, obtint (avec l'appui du roi du siam) le gouvernement de la région de battambang (du sud des provinces de battambang et de siem reap actuelles à la frontière khméro-thaïlandaise actuelle). bientôt, ce gouverneur de battambang, connaissant la supériorité militaire du roi de siam, fit essentiellement allégeance au roi du siam. a partir de ce moment, le territoire de battambang s'organisa en territoire doté d'une certaine autonomie : il devint une sorte de principauté dirigée par les descendants de ben. on peut peut-être avancer aussi qu'une certaine rivalité intellectuelle et économique commença à se faire jour entre battambang-siem reap d'une part, oudong (la capitale du cambodge jusqu'en 1866), d'autre part ; battambang commençait en effet à s'imposer comme un centre de passage des moines (et donc des intellectuels) entre bangkok et le cambodge. le récit de voyage de l'allemand bastian, qui traversa la région de battambang et de siem reap en 1863-1864, donne une bonne idée de la vie du territoire au moment de l'avènement du roi norodom et de l'établissement du protectorat par les français. lorsque les français établirent leur protectorat sur le cambodge, ils ne perçurent pas que le territoire de battambang était un territoire cambodgien et, par le traité du 1867 avec le siam, les français acceptèrent malencontreusement que le siam renonce à sa suzeraineté sur le cambodge en échange de la reconnaissance du la suzeraineté du siam sur battambang. plusieurs maîtrises, soutenues notamment à l'université paris 7, portent sur la question 1) de la rétrocession du territoire de battambang au cambodge (1907), 2) des relations entre la thaïlande et le cambodge à propos de ce territoire entre 1953 et 1970. un sujet sur lequel je souhaiterai travailler pour le doctorat est que : « battambang et sa région, de 1939 à nos jours : intégration spécificités et divergences dans le cadre de l'histoire contemporain du cambodge ». notre thèse tentera, d'une part, une synthèse générale des connaissances sur l'histoire du territoire de battambang et sa région ; et d'autre part, une tentative d'histoire, et l'intégration spécificités et divergences de ceux-ci dans le cadre de l'histoire contemporain du cambodge. les premières recherches que j'ai menées indiquent que ce sujet est relativement difficile à traiter, faute de sources très précises concernant battambang. cependant, la consultation des archives et des documents en français, khmer, thaï et en anglais aux centres suivants sera accomplir : archives nationales d'outre mer à aix en provence, archives du ministère des affaires étrangères à paris, archives du ministère des affaires étrangères à nantes, archives des missions étrangères à paris, archives du ministères des affaires étrangères à bangkok, archives nationales de phnom penh, bibliothèque nationale de france, bibliothèque de l'école français d'extrême orient à paris, bibliothèque de l'inalco, bibliothèque nationale de phnom penh, bibliothèque nationale de bangkok. enfin, l'étude des plans, les interviews que je peux assurer sur place et les conseils de mon directeur de recherche m. alain forest, enfin, devraient toutefois permettre la bonne réalisation de ce travail.


  • Pas de résumé disponible.