Les zones d'attente et de rétention et la production de l'acteur politique - analyse de la construction de la figure d'un sujet politique dans un dispositif de contrôle, d'assistance et de confinement a l'intention des sans-droits

par Nicolas Kaplan

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Patrick Cingolani.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec "IDHE laboratoire UMR 8533 (laboratoire) depuis le 22-10-2008 .


  • Résumé

    A partir d'un point de vue latéral sur les nouvelles zones de non-droit et sur les nouvelles figures de la rétention, on se propose d'analyser les camps comme des espaces de ruptures des règles du pouvoir sur la vie nue pour reprendre la terminologie de giorgio agamben. en partant de l'hypothèse que les lieux de rétention sont également des lieux de fiction - c'est-à-dire de production du réel à partir de l'expérience - il s'agira de les appréhender du point de vue de la question du droit de cité en évoquant l'individualité des exclus et des moyens de réinvention de la politique. ces zones se multiplient depuis plusieurs années dans et aux marges de l'union européenne : ce phénomène s'ancre dans la continuité d'une représentation de l'autre. cette forme de l'altérité s'inscrit dans une histoire longue qui est celle de l'occident, des colonies et d'une pensée essentialiste de la différence. ces espaces sont ainsi à la fois une production occidentale devant être historicisée et replacée dans une continuité, mais également un espace d'expérimentation exogène résultant du cosmos de l'occident /...


  • Pas de résumé disponible.