Les métamorphoses romanesques de la mémoire juive : entre imitation et subversion. Dans les forêts de Pologne de Joseph Opatoshu, Satan à Goray d’Isaac Bashevis Singer, Le Dernier des Justes d’André Schwarz-Bart, Voir ci-dessous : amour de David Grossman

par Roze Fleur Kuhn

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Carole Ksiazenicer-Matheron.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) depuis le 14-05-2008 .


  • Résumé

    À partir de la comparaison de quatre romans écrits à différentes périodes du XXe siècle, dans des langues et des lieux différents, mais tous marqués par un commun héritage juif polonais – Dans les forêts de Pologne de Joseph Opatoshu, Satan à Goray d’Isaac Bashevis Singer, Le Dernier des Justes d’André Schwarz-Bart et Voir ci-dessous : Amour de David Grossman – l’objet de cette étude est d’observer les transformations et les déplacements de la mémoire juive dès lors que celle-ci passe de l’univers sacré de la tradition à la littérature. L’attention portée aux questions d’imitation et de subversion permet de saisir les phénomènes de continuité et de discontinuité qui accompagnent la dissolution des communautés traditionnelles et le passage à la modernité. Pour comprendre comment ces transformations s’opèrent au niveau textuel, dans le travail de mise en récit par lequel se redéfinit la culture, on mettra en relation les stratégies proprement littéraires d’intertextualité, de pastiche, de citation ou de parodie avec les actes mimétiques d’identification, de projection et de jeu auxquels se livrent les personnages. La récurrence des questions de fidélité et de trahison, d’imitation et de rivalité, invite à interroger le rôle des modèles culturels et la manière dont le transfert et le renouvellement de ceux-ci participent à la redéfinition de la mémoire du groupe. Le romanesque, parce qu’il met en acte des processus mimétiques qu’il observe de manière distanciée, rejoue et déjoue tout à la fois les mythes identitaires créés par la modernité.

  • Titre traduit

    The Metamorphosis of Jewish Memory in the Novel : between Imitation and Subversion. In Polish Woods by Joseph Opatoshu, Satan in Goray by Isaac Bashevis Singer, The Last of the Just by André Schwarz-Bart, See Under : love by David Grossman


  • Résumé

    Through the comparison of four novels written at different periods of the 20th century, in different languages and different places, but each marked by a common Polish-Jewish heritage – In Polish Woods by Joseph Opatoshu, Satan in Goray by Isaac Bashevis Singer, The Last of the Just by André Schwarz-Bart and See Under: Love by David Grossman – the object of this study is to observe the transformation of Jewish memory as it passes from the religious sphere to that of secular literature. By investigating the themes of imitation and subversion in literature, it is possible to understand the process of continuity and discontinuity which accompany the dissolution of traditional communities and their passage to modernity. To see how this transformation operates on a textual level, in the constitution of new narratives by which culture is redefined, we will connect the literary strategies of intertextuality, pastiche, reference or parody on the part of the authors with the mimetic acts of identifying, projection, and play performed by the characters. The recurrence of the questions of fidelity and betrayal, of imitation and rivalry, invites us to investigate the role of cultural models and the manner in which their transfer and renewal redefine group memory. The novel, by enacting mimetic processes which are observed from a perspective of distance, manages to both reproduce and at the same time dismantle the myths of identity created by modernity.