Etude comparée des verbes de perception visuelle en français et en japonais

par Ai Kijima

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Daniel Lebaud.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 29-02-2008 .


  • Résumé

    L'objectif de notre étude est de préciser les rôles syntaxiques et sémantiques de verbes visuels, polysémiques et variés dans les deux langues que sont le japonais et le français. Nous montrerons leurs points communs (et ceux de désaccord) observables, partant du postulat selon lequel la façon de saisir un phénomène et le système cognitif sont bien propres à la société qui possède la langue, le japonais ou le français : à travers le cas de la perception visuelle, nous étudierons la façon de construire la relation entre le sujet, le verbe et l'objet afin d'apporter des arguments à ce postulat. Pour ce faire, nous nous appuierons sur l'analyse d'un corpus d'énoncés attestés. Dans un premier chapitre, nous étudierons les verbes japonais miru et mieru qui sont souvent traités de manière contrastive. Nous nous concentrons, à partir du deuxième chapitre, sur l'étude des verbes français, et en premier lieu, sur le verbe voir. Dans notre travail, nous procéderons à la description fine de cinq construction : N0+vois, N0+voir+N1, N0+voir+que, N0+voir+N1+attribut et se voir. Nous nous concentrons d'abord sur les trois premières constructions mentionnées. Nous proposerons une analyse de la proposition infinitive et ensuite des deux types de propositions attributives (relative et participiale) dans le troisième chapitre. Nous nous occuperons du verbe pronominal se voir et de la substitution entre se voir et se faire dans le quatrième chapitre. Dans le dernier chapitre, nous comparerons la signification et le fonctionnement des deux verbes, voir et regarder, selon la nature de N0 et de N1. Nous essayerons de faire émerger les points communs et les divergences entre ces deux langues génétiquement bien différentes : la façon de saisir un phénomène et le système cognitif sont certainement propres à chaque langue et à la société où cette langue évolue.


  • Résumé

    The goal of my study is to precise the semantic and syntactic roles of the diverse and polysemic visual verbs in French and in Japanese. I will show the common (and the differencing) characteristics that can be observed between the two very differnet languages. My postulate is that both the way a speaker can grasp a phenomenon and the congnitive sytsem are particular to the society whose language it is, be it Franch or Japanese. Throught the case of visual perception, I will show that how the speaker builds a relation between the subject, the verb, and the object is differnet depending on the language. To do so, I will base my analysis on a corpus of authentic utterances. In the first chapter, I will study the Japanese verbs miru and mieru wich are often contrasted together. From the secon chapter on, I will focus on analyzing the French verbs, starting with voir. In my research, I will proceed to the detailed description of five construction : N0+voir, N0+voir+N1, N0+voir+que+, N0+voir+N1+attribue and se voir. I will deal with the first three aforementioned construction first. I will propose and analysis of the infinitive clause followed by the analysis of the two types of attributive clauses (relative and participial) in the third chapter. I will deal with pronominal verb se voir and the substitution between se voir and se faire in the fourth chapter. In the last chapter I will compare the meaning and the way the verbs voir and regarder function according to the type of N0 and N1. I will try to bring to the surface the commonalities and the differences between these two languages, genetically much different : how the speaker grasps a phenomenon and their cognitive system are certainly specific to each language and the society where this language is spoken.