La caméra-sabre. Kurosawa Akira ou la Voie de Barberousse

par Sylvie Lopez-jacob (Jacob)

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Francois Jullien.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de Langues, Littératures, Images et de Université Paris Diderot - Paris 7 (1970-2019) (établissement de préparation) depuis le 30-05-2011 .


  • Résumé

    Akira kurosawa est généralement considéré comme le plus occidental des cinéastes japonais: ses thèmes sont ‘humanistes' selon max tessier; son cinéma a ‘le sens de l'action‘ selon charles tesson; deleuze fait de lui un ‘métaphysicien'. toutes ces analyses s'inspirent d'une même philosophie du sujet c'est-à-dire d'un point de vue occidental qui oriente et enferme l'interprétation. mon projet de thèse est de montrer qu'au contraire, en changeant de point de vue, on observe autre chose: une tradition orientale doublement présente. d'abord elle apparait dans la portée métaphysique de la technique cinématographique: au japon, toute technique, théâtrale, picturale ou martiale a cette portée. ensuite, elle réside dans la conception même du monde qu'elle met en jeu et qui est celle du bouddhisme zen, mais aussi du taoisme. le monde n'est pas constitué de substances multiples et séparées mais de phénomènes impermanents et interdépendants car émanant d'un seul et même principe qui est le vide, l'inconfiguré, la voie. le cinéma de kurosawa trouve dans la mise en scène du vide son sens profond. il a cette radicalité que merleau-ponty accorde à la peinture: il s'agit pour lui non de dupliquer ou d'agencer une réalité présumée en soi, mais d'interroger le sens de la réalité, non de reproduire le monde visible mais de rendre visible ses conditions de visibilité. mon étude, qui porte essentiellement sur le film barberousse, traite donc de la vision du monde qu'il véhicule, puis de la façon dont cette vision sous-tend son thème central qui est l'éducation, thème à partir duquel le film tire sa dimension politique. elle évoque également la place particulière que le film accorde au spectateur. toutes ces analyses prennent appui sur la sémiologie du film, la phénoménologie, l'étude de la philosophie orientale notamment éclairée par l'oeuvre de françois jullien.


  • Pas de résumé disponible.