La notion de prudence dans la pensée castillane médiévale et moderne (XIIIe-XVIe siècle)

par Mélanie Jecker

Projet de thèse en Études romanes

Sous la direction de Georges Martin et de José manuel Nieto soria.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) depuis le 23-07-2010 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse étudiera les significations attachées à la notion de prudence et leur évolution en castille à la fin du moyen age et au xvie siècle (1252-1598). le mot, dont le sens s'est depuis précisé et spécialisé, désignait alors l'une des quatre vertus cardinales, pouvant être définie comme une 'disposition stable de l'intellect par laquelle l'homme est capable de choisir et de mettre en œuvre les moyens adéquats pour l'obtention d'une fin déterminée'. la vertu de 'prudence' correspond donc à l'intelligence pratique, par opposition à la sagesse en tant qu'ensemble de savoirs maîtrisés, 'sapientia' - 'sabiduria' en castillan. plus largement, l'objet de cette recherche sera donc de comprendre comment les espagnols de la fin du moyen age et de la renaissance concevaient l'intelligence humaine : notion issue de la philosophie antique - aristotélicienne surtout -, la prudence voit-elle son sens se modifier au cours de cette période riche en évolutions, sous l'influence des conceptions humaniste notamment? le corpus étudié comprendra quatre genres principaux, auxquels s'ajoutera l'éclairage apporté par la consultation de sources littéraires, médicales ou proprement philosophiques : - les textes juridiques et législatifs - la littérature sapientiale et les traités d'éducation qui s'en inspirent - les ouvrages à caractère religieux - l'historiographie cette recherche impliquera une étude lexicale des différents termes employés pour désigner les facultés intellectuelles. elle cherchera également à discerner les causes attribuées à la prudence-et plus largement à ces dernières- dans les sources étudiées. enfin, s'attachant à leur valorisation ou, à l'inverse, à leur dépréciation au profit de vertus proprement religieuses - la foi immédiate du bon croyant, par exemple-, elle cherchera à apprécier la portée de ces jugements. l'étude de ces trois aspects, tenant compte de l'ampleur de la période envisagée, sera attentive à leurs évolutions.


  • Pas de résumé disponible.