Le principe de subsidiarité. Entre terminologie et discours : pistes pour une nouvelle hitsoire de la formule

par Arthur Joyeux

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Daniel Lebaud et de Louis Ucciani.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    La thèse s'attachera à étudier les sources interdiscursives et le réseau sémantique interne aux textes de droit primaire (traités et chartes) de l'union européenne depuis 1957. le travail cherchera à interroger les conditions de production de la langue juridique communautaire (emprunte de références au droit canon, ainsi qu'à des philosophies antiques et médiévales) et son impact sur la langue et la philosophie républicaine. méthodologiquement, il faudra relier l'analyse du discours à l'histoire des idées politiques. le travail sera donc mené en co-direction (sciences du langage et philosophie). les questions centrales demeureront : langues républicaine et communautaire sont-elles compatibles ? partant du constat que la langue du droit communautaire est en partie construite sur la base d'emprunts à des langues juridiques évacuées par l'histoire moderne, comment interpréter ce retour ? en quelles nouvelles acceptions entendre les termes conservés (tels que démocratie, citoyen et laïcité), mais redéfinis par un contexte institutionnel nouveau ? pourquoi ces termes sont-ils conservés ? les sources philosophiques et théologiques du droit communautaire, objets de nombreux travaux de droit, de sciences politiques, de sociologie et de linguistique, semblent délaissées par l'histoire de la philosophie. or en quel sens parler par exemple, d'une actualité de l'aristotélisme et justifier l'élaboration d'une institution et d'une langue juridique sur ses bases théoriques ? le travail se propose d'aborder également la question des motifs politiques de cette mutation de la langue du droit et du politique.


  • Pas de résumé disponible.