La mission d'intérêt général de l'information assurée par les centres d'information et de ressources dans la ‘société de l'information'. eléments d'analyse du management public de la culture.

par Fabrice Jallet

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Laurent Fleury.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 15-04-2010 .


  • Résumé

    Pour contextualiser cette recherche doctorale, il est nécessaire de préciser que mes réflexions sur l'objet ont émergé d'une expérience de stagiaire sur le terrain de recherche et se poursuivent dans le cadre d'un partage du temps, permis par une convention industrielle de formation par la recherche en entreprise (cifre), entre la recherche scientifique proprement dite et une activité salariée au sein du centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles (irma). cette situation, devant mobiliser les outils méthodologiques appropriés, sera elle-même l'objet de développement sur la neutralité axiologique du chercheur en sciences sociales. en 1985, l'administration française a enclenché son processus dit de ‘modernisation de la gestion publique' en référence au concept libéral de la ‘nouvelle gestion publique' (‘new public management'). appliqué par les institutions publiques, ce management public consiste à réaliser des économies de gestion pour limiter la pression fiscale tout en répondant aux nouvelles exigences du citoyen-usager dans un contexte de mondialisation et de concurrence grandissante. dix ans plus tard apparaissent le commissariat à la réforme de l'etat et les ‘chartes de qualité' dont l'un des objectifs, qui ne sera pas mis en cause par la suite, est de placer l'usager ‘au cœur du processus de modernisation'. avec le développement et la reconnaissance des cultures populaires ainsi que la critique des industries culturelles, le principe des droits à la culture de tous ou de droits culturels s'impose, non comme une évidence du respect de l'autre mais plutôt comme une solution à des crises chroniques. d'ailleurs, les dernières enquêtes dirigées par le département des etudes, de la prospective et des statistiques du ministère de la culture et de la communication sur les pratiques culturelles des français ont révélé statistiquement le besoin de repenser les liens entre l'art et la culture du fait de la place grandissante des pratiques de loisir dans le champ culturel et l'éclectisme des goûts. on regroupe les différents démembrements d'une administration publique sous la terminologie d'agences publiques que leurs statuts soient publics, privés ou mixtes. ce qui caractérise ces agences est la réalisation d'une mission d'intérêt général avec une certaine autonomie comptable et une logique de résultat. concernant la culture, la modernisation de l'action publique en cours selon ces nouveaux principes énoncés s'appuie sur les acteurs existants notamment dans le secteur privé. les centres d'information et de ressource tels que l'irma, horslesmurs et le centre national de la danse sont des acteurs, créés par le ministère de la culture et de la communication, qui participent à la structuration et à la professionnalisation du secteur culturel par l'accompagnement des publics : conseil, formations, services de gestions de contacts, communication des offres d'emplois et de stages, etc. ils participent ainsi à la médiation entre les différents partenaires que sont les institutions publiques nationales, territoriales et les acteurs de terrain. de ce point de vue, ils sont des exemples de l'institutionnalisation des cultures dites populaires . pour apprécier l'intervention d'un centre d'information et de ressources, j'ai décidé de circonscrire cette recherche sur les dispositifs mis en place dans l'espace du réseau internet. cette décision ne privera ni l'enquête ni l'analyse de s'intéresser aux autres dispositifs : ceux-ci pourront être envisagés eu égard aux dispositifs dématérialisés. en effet, la conduite d'une recherche sur les centres d'information et de ressources aura plus de pertinence si les enjeux sont liés à la société de l'information. cette recherche débute donc par la vérification de l'hypothèse selon laquelle ces trois processus auraient convergé pour donner naissance à de nouveaux enjeux dans les relations de l'etat et de ses usagers, puis se poursuivra par l'analyse de ces relations. la coexistence des intérêts public et privé sera questionnée au regard de la poursuite de l'intérêt général. en parallèle d'une analyse des dispositifs d'accès à l'information, une enquête quantitative sur la demande sociale des usagers des services proposés sera effectuée. par induction enfin, les résultats de l'enquête seront mobilisés pour questionner l'ensemble des théories et des notions sur l'intervention de l'etat.


  • Pas de résumé disponible.